Deux jours sur la mystérieuse île de Öland

île de Öland

Après notre visite de Stockholm, nous louons une voiture pour nous diriger vers le sud de la Suède (avec l’espoir d’augmenter nos chances de croiser le soleil).

SOMMAIRE D’ARTICLE

Louer une voiture en Suède est cher, mais vraiment simple et pratique. Les autoroutes sont gratuites, à l’exception de deux péages situés à l’entrée et à la sortie de Stockholm et de Göteborg. En revanche, nous avons payé très cher le fait de ne pas déposer la voiture à notre point de départ. Au total, nous avons payé 500 euros pour 4 jours de location (essence comprise).

C’est sur que c’est un coût très élevé, mais nous avons compensé (ou du moins, essayé) en profitant de notre moyen de transport pour faire du camping sauvage.


Passage par Kalmar

Le premier soir, nous nous arrêtons après 5 heures de voiture à quelques dizaines de kilomètres de la ville de Kalmar. On trouve un spot parfait au bord d’un lac pour notre première nuit en camping sauvage au bord d’un lac.

Camping sauvage suede

Après une première expérience en pleine nature au top, nous rejoignons Kalmar au matin et nous arrêtons dans un parc pour pique-niquer. Après cette petite pause, nous reprenons la route pour passer le pont de Kalmar qui nous amène à l’île de Oland.

Ce pont est assez incroyable. Il fait 6 km de long, ce qui en fait un des plus longs d’Europe, avec vue sur la mer de chaque côté.


Arrivée sur l’île de Öland

Et nous voila sur Oland ! 140 km de long pour seulement une dizaine de large, l’île est réputée pour être le terrain sur lequel a eu lieu un immense massacre il y a plusieurs centaines d’années dont personne n’arrive à expliquer les raisons (c’est pas très gai, mais c’est très intriguant), les budgets des archéologues n’ayant pas été débloqués pour s’intéresser à ce fait historique. Bon, et en plus de ça, il y a de jolis moulins anciens (c’est plus soft).

Après seulement quelques minutes de voiture sur la route principale (nous optons pour le sud de l’île, gardant le nord pour le lendemain), nous tombons d’ailleurs sur les premiers de notre route (de moulins, pas de cadavres).

Après cette petite pause photo auprès des moulins, nous continuons de rouler vers le sud jusqu’à une réserve naturelle protégée. Un parcours de randonnée est prévu pour que l’on puisse visiter le parc. Ça tombe bien vu que le soleil a décidé de se montrer un peu.


Randonnée jusqu’au phare

Nous entamons donc la randonnée bleue qui fait 4 kilomètres aller jusqu’au phare du bout de l’île.

Le décors est varié : parfois sec, parfois très vert, parfois rocailleux. Il y a des animaux en liberté tout autour de nous : moutons, biches, vaches, oiseaux… Et très peu d’humains ! Nous croisons peu de marcheurs et nous avons donc tout l’espace pour nous, ce qui est vraiment très agréable.

Les paysages sont beaux, apaisants. Avec le soleil et le vent dans les cheveux, les kilomètres se font tous seuls.

Max Oland
Vue Oland max
Vue plaine Oland

Sur le chemin, nous croisons différentes petites ruines datant de l’époque antérieure aux vikings.

Cheminée lou
Croix max oland

Finalement, nous apercevons le phare et continuons notre randonnée pour le rejoindre.

Au pied du phare se trouvent un restaurant et une réserve d’oiseaux. Nous nous posons près de la mer pour regarder des otaries et des cygnes barboter. 

Après une petite pause, nous faisons le chemin inverse (4 kilomètres de nouveau) puis entamons une deuxième randonnée (balisée en rouge) qui fait un cercle un peu plus au nord de notre route de 6 kilomètres.

Le paysage est plus sec de ce côté là, et plus plat aussi. Nous longeons la mer avant de repiquer vers le centre de l’île pour récupérer notre voiture.

Promenade lou oland

Le soleil se faisant plus rare, on décide de chercher un endroit pour notre deuxième nuit en camping sauvage. Nous repérons un petit champs au bord de la mer et y plantons notre tente (ce n’était pas la meilleure idée du voyage, mais encore une fois nous en parlerons dans l’article dédié à nos solutions de logement en Scandinavie).


Le nord de l’île

Après notre nuit (très courte) en camping sauvage au bord de la mer, nous décidons de partir visiter le nord de l’île de Öland.

Le temps est beaucoup moins clément que la veille… Il menace de pleuvoir et un épais brouillard gâche complètement la vue. Nous nous arrêtons au bord de la route pour prendre notre petit déjeuner (pain suédois et confiture de Hjortron pour rester dans le thème), avec vue sur une église suédoise typique de la région.

Eglise de Öland

Arrêt à Borgholm

Après un autre arrêt pour acheter à manger à Borgholm (la plus grande ville de l’île), nous reprenons la route pour nous arrêter aux abords d’une plage indiquée dans le guide du routard. Il s’agit d’une plage de galets qui doit certainement être magnifique sous le soleil, mais sous la brume, l’effet rendu est tout simplement mystique.

Plage de galets de Öland

Nous reprenons de nouveau la voiture, mangeons sur une aire de repos parfaitement aménagée (toilettes sèches comme un peu partout en Suède, table abritée, arrivée d’eau…) et repartons pour notre prochain arrêt : le plus vieux moulin de l’île. Il a naturellement été aménagé pour accueillir les touristes et propose un restaurant ainsi que des visites guidées (que nous n’avons pas souhaité faire). Nous nous arrêtons juste pour le regarder sous toutes ses coutures et pour prendre quelques photos.

Les carrières de pierre

Quelques kilomètres plus loin, nous attendent les carrières de pierre de Oland. Nous arrivons d’ailleurs en même temps qu’un car de touristes, alors nous attendons leur départ avant de s’aventurer un peu sur les cailloux. La formation rocheuse est assez impressionnante, et encore une fois, le brouillard vient « mystifier » la scène.

Carrière de pierre de Öland
Carrière de pierre de Öland

Le parc naturel du nord

Et c’est reparti ! Nous continuons notre chemin jusqu’à l’extrême nord de l’île. Même si la pluie menace, nous ne nous démontons pas et garons la voiture pour aller nous promener dans la forêt.

Encore une fois, nous ne croisons quasiment personne. Nous empruntons des petits sentiers (balisés de façon… compliquée, disons) avec pour objectif d’arriver à ce qui est décrit dans notre guide comme étant « la plus belle plage de l’île« . En même temps, on en a pas vu tant que ça des plages dans le coin, alors on est curieux. Et pour une fois qu’on a un guide (et qu’on est maintenant obligé de le porter), autant s’en servir !

Forêt de Öland
Promenade dans la forêt de Öland

La balade est agréable, même si elle ne vaut pas celle de la veille. 

Après environ 5 km, nous arrivons à la plage en question… qui se trouve au milieu d’un camping de luxe. Grosse déception. Il faut traverser les parcours de mini-golf, les appart-hotels, les super-marchés et même un parc d’attraction ! Ça casse un peu l’ambiance « naturelle » dans laquelle nous évoluions jusqu’ici. En plus de ça, la plage ne nous semble pas si impressionnante que ça, même en tenant compte du temps. 

Visiter ile de oland

Nous ne nous attardons donc pas trop et faisons le chemin inverse. Une fois dans la voiture, nous redescendons la côte pour traverser le pont de Kalmar et rejoindre le continent.

Avant d’aller découvrir Göteborg, il nous reste encore à explorer la route des verreries : à suivre…!

6 réflexions au sujet de « Deux jours sur la mystérieuse île de Öland »

  1. Ping : La route des verreries – Les voyages de Maxylou

Une remarque ? Un commentaire ? Une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.