Bye-bye Samoa ! [Bilan, itinéraire et budget de 2 semaines de road trip]

Après deux semaines de voyage aux Samoa, voici venu le temps de quitter ce petit bout de paradis. Difficile de faire plus loin de chez nous qu’ici… Avec nos 13 heures de décalage horaire, nous sommes littéralement à l’autre bout du monde. Mais ce n’est pas seulement géographique. Les Samoa sont vraiment des îles à part, préservées et hors du temps. Qu’y trouve-t-on, et a-t-on aimé découvrir Utopu, l’île principale ? Voici un bilan de notre séjour sur place qui répondra à ces questions !

SOMMAIRE D’ARTICLE

[cmtoc_table_of_contents]


L’itinéraire parcouru

Notre plan initial était de faire le tour d’Upolu, l’île principale des Samoa. Nous avions choisi de ne pas nous rendre à Savai’i, la seconde grande île, pour plusieurs raisons. Déjà parce que c’était la première fois que nous avions si peu de temps pour visiter un pays. Bon, il s’avère que c’est un tout petit pays et que la majorité des voyageurs prennent à peine une semaine sur chaque île. Mais nous ne voulions pas nous presser dans tous les cas. On préférait se cantonner à une zone.

Ensuite, nous visitions aux Samoa pendant la saison des pluies. Or, pour passer d’une île à l’autre, il faut emprunter un ferry. Ferry qui peut être bloqué pendant des jours si la météo est trop mauvaise ! Pas question de rater notre avion pour la NZ et donc notre correspondance pour le Japon…

Au final, nous n’avons même pas fait le tour complet de l’île. Voici notre itinéraire :

Notre itinéraire à Upolu

Notre séjour s’est découpé en trois parties :

  • Nous sommes arrivés à Apia, où nous avons passé deux jours.
  • Nous sommes partis à l’Est en bus, et nous nous sommes arrêtés à la Piula Cave Pool.
  • On a repris un bus et on est allé à Faofao Beach Fales, où nous sommes restés pendant près de dix jours.
  • Nous sommes retournés à Apia (après un arrêt à la Coastal Walk) où nous avons pu profiter du culture show et de ses restaurants pendant deux jours, avant de quitter définitivement le pays.
La plage rien pour nous à Faofao Beach Fales

Notre ressenti de voyageurs

Nous sommes venus aux Samoa sans avoir aucune idée de ce à quoi ça pouvait bien ressembler. C’était surtout pour nous une façon d’occuper le temps avant notre départ pour le Japon. Du coup, nous n’en attendions rien de particulier… Et on a été conquis !

Un pays éloigné de tout, y compris du tourisme

Si nous n’avions jamais prévu de visiter une des îles du Pacifique avant d’être en Nouvelle-Zélande, c’est parce que nous imaginions ces pays comme étant réservés aux voyageurs qui aiment la plage, la plongée et les resorts. Ce qui n’est (malheureusement) pas du tout notre cas.

Ce qu’on aime quand on voyage, c’est observer les différents traits culturels d’une population locale, leurs habitudes, leurs traditions, leur histoire… On était intrigués par la culture Polynésienne, mais nous pensions qu’il était difficile de la découvrir en tant que touriste. J’imaginais des zones type « Club Med » complètement coupées de la population locale, dans lesquelles on ne peut que profiter de la plage et de la piscine. C’est donc avec une immense surprise que nous avons découvert Apia, puis le reste du pays.

Car de part sa situation géographique, les Samoa sont des îles totalement coupées du tourisme de masse. Par exemple, il n’existe qu’un seul hôtel pour backpackers à Apia, la capitale. Et il n’y a jamais plus de 10 personnes sur place.

L’avantage, c’est que les locaux sont adorables envers les étrangers. Ils sont réellement fiers que parmi tous les pays du monde, on choisisse de venir ici malgré la distance. Et il en va de même pour les touristes entre eux. Quand il y a peu de monde, on a plus facilement tendance à discuter et à faire connaissance. C’est comme ça que l’on a rencontré Ombri et Lior, deux Israéliens avec qui on a passé toutes nos soirées, ainsi que Landros, un grec fraîchement débarqué que l’on a traîné partout dans Apia 😉 C’était vraiment de belles rencontres. Et passer des soirées à boire de la vodka/coco en refaisant le monde, c’est pas un peu la définition du kiff ?

Les noix de coco, ça se mérite !

L’accueil Samoan ne peut pas laisser indifférent

Comme je l’expliquais juste avant, le peu de touristes dans le pays rend l’accueil des locaux vraiment agréable. Mais je pense que ce n’est pas la seule raison. La culture locale est naturellement accueillante. Les gens sont chaleureux et aidants, curieux parfois de votre origine ou votre situation.

Repas familial à Faofao

C’est également un pays où il est facile de voyager. Le stop marche du tonnerre : personne ne vous laissera sur le bord de la route en plein soleil ! D’ailleurs, le touriste n’est pas un porte-feuille sur pattes : un service n’est jamais une vente déguisée. Par exemple, les chauffeurs de taxi interpelle net les voyageurs, mais si vous dites « non » une fois, ils n’insisteront pas et vous souhaiteront simplement une bonne journée. Tout ceux qui ont voyagé en Asie auraient aimé vivre la même chose 😉

J’ai réellement été très émue par ce pays et ses habitants. Ils voient les touristes comme un moyen de faire perdurer leur culture en leur faisant découvrir. Le Culture Show d’Apia est symptomatique de cet été d’esprit, je pense.

Culture show de Apia : démonstration de râpage de noix de coco !

Durée de séjour suffisante

On ne va pas se le cacher, il n’y a pas des millions d’activités et de lieux à voir aux Samoa. Mais c’est aussi ce qui en fait son charme : nul besoin de se presser et d’enchaîner les « incontournables ». On peut simplement apprécier le rythme Polynésien et se reposer au son des vagues.

Je pense que l’on peut facilement passer un mois aux Samoa si on souhaite faire du Woofing et se rendre à Savai’i, la seconde île. Surtout si on aime faire de la plongée ! Mais dans notre cas, deux semaines ont été parfaites pour découvrir le pays. Nous ne nous sommes jamais sentis pressés ou au contraire lassés. Aucun regret, donc !

La saison des pluies… sous un ciel bleu !

Comme tout touriste sur le point de se rendre dans un pays durant sa saison des pluies, nous avions peur de la météo. Notre première soirée à Apia ne fit qu’augmenter notre angoisse : je nous imaginais déjà passer deux semaines sous la pluie.

Au final, on a pu profiter d’un temps parfait ! Certes, il y avait parfois quelques averses, mais celles-ci sont tellement courtes et espacées qu’elles ne sont pas du tout un soucis. De toutes façons, vue la chaleur ambiante, on a plutôt tendance à les souhaiter qu’à les craindre ! Aucun regret pour avoir visité le pays en cette saison ! Je dirais même que c’est un sacré avantage pour d’autres aspects (financiers notamment, ou en terme de fréquentation des lieux touristiques).

Ca va, on ne va pas se plaindre de la météo !

Conseil : Si vous êtes sur le point de réserver vos billets pour les Samoa (ou les autres pays du Pacifique) pendant la saison des pluies, ne vous laissez pas effrayer par les indications météos. Les sites indiquent tous de la pluie et des orages en continu pour toute la région. Il n’y a apparemment pas de données pertinentes et précises pour ces pays. Les orages existent, tout comme la pluie, mais ils sont loin d’être une constante.


Les moments forts

Bon ok, on a aimé. Mais on a aimé quoi de précis au juste ? Voici 5 moments/expériences dont on se souviendra pour sûr !

1. Dormir en fale

Dormir en fale est une des expériences les plus chouettes que l’on peut vivre aux Samoa. Se réveiller au son des vagues, voir la lumière changer sur la mer à chaque heure de la journée, piquer une tête dans une eau turquoise à 26° pour se rafraîchir, observer les fils de la famille pêcher pour le repas du soir… Des souvenirs en or !

Notre petite maison

2. Prendre le bus Samoan

Comme je le raconte ici, prendre un bus aux Samoa, c’est plonger dans la culture du pays. C’est vraiment, vraiment chouette.

3. Manger les plats locaux

Après 8 mois en Nouvelle-Zélande, j’ai découvert avec grand plaisir la cuisine Samoane. Elle n’a rien de très complexe ou sophistiquée – souvent à base de coco, de riz, de taro et de poissons -, mais elle est à l’image du pays : colorée et gorgée de soleil !

Oka, plat Samoan à base de thon cru mariné au lait de coco

4. Profiter du calme absolu de l’île

Nous nous sommes surpris à adorer la vie au bord de mer : seuls au monde, avec seulement la famille qui gère les fales et Lior et Ombri, nos deux potos Israéliens rencontrés sur place, à vivre au jour le jour… C’était très reposant et très agréable.

5. Découvrir Apia et ses habitants

Généralement, on ne conseille pas aux vacanciers de passer du temps à Apia, la capitale. Surement parce que c’est une petite ville où il n’y a pas grand chose à faire. Pourtant, j’ai adoré la découvrir ! Comme le reste du pays est assez vide, c’est ici que l’on peut le mieux observer le rythme Polynésien et le quotidien des Samoans. Et pour ça, rien de mieux que de visiter les différents marchés du centre-ville !

Fish market de Apia

Le Culture Show est également une activité marquante à faire sur place. Je raconte ce qu’on y vois et apprend dans l’article dédié.


Budget de deux semaines de voyage

Les îles du pacifique ne sont pas des destinations abordables et faciles pour des budgets de backpackers. Sans même parler des billets d’avion (hors de prix si on ne vient pas directement d’Australie ou de Nouvelle-Zélande), le coût de la vie sur place exige un budget assez souple.

Néanmoins, les Samoa sont certainement la destination la plus abordable de la région. Il existe pas mal de solutions pour réduire la facture : le woofing marche bien, tout comme le stop. Les fales sont aussi une option logement économique, puisque pour 20 euros environ par personne le petit déjeuner et le dîner sont inclus. Mais à l’inverse, si vous souhaitez louer un véhicule, dormir dans un resort et aller au restaurant tous les midis, il faut compter au moins 60 à 100 euros par personne et par jour.

Notre budget

Au final, nous avons dépensé 743 euros en deux semaines, soit 26,5 euro par jour et pas personne. C’est notre plus gros budget depuis notre départ, mais nous avons aussi passé moins de temps sur place. Il a donc été plus dur de réduire les coûts.

Réduire le coût du logement

Le logement est le plus gros poste de dépense à prévoir. Nous n’avons personnellement pas fait de Woofing, mais nous avons eu des prix sur nos nuits en fales. On est passé de 70 talas par personne et par nuit initialement (24 euros) à 50 talas (17 euros) à la fin de notre séjour.

Ce n’est évidemment pas nous qui avons demandé cette ristourne, car il n’y a pas de négociation aux Samoa. Mais comme nous souhaitions partir pour visiter d’autres lieux, la proprio des fales nous a proposé de rester plus longtemps et de visiter le reste de l’île à la journée en échange d’une réduction. C’est une pratique courante, qui permet de limiter les coûts pour les backpackers et de garder des visiteurs pour les propriétaires.

Autres frais

En dehors du logement, il y a quelques frais à prévoir pour les activités. Les entrées dans les sites coûtent toujours quelques talas (2 à 3 euros environ), sauf l’Ocean Trench qui coûte 7 euros par personne.

To Sua Ocean Trench : l’attraction la plus chère du pays vaut quand même le détour

Si on ne veut pas marcher ou faire du stop, on peut se tourner vers les bus locaux. Au delà d’être une vraie expérience en soi, ils sont très abordables (2 euros pour traverser l’île !). Le mieux est de faire un mélange entre les trois, en fonction de qui passe là où vous êtes en premier. Il faut avoir du temps devant soi, cependant !


Après deux semaines bien agréables, c’est bronzés et reposés que nous prenons notre avion qui quitte les Samoa. Une nuit à l’aéroport de Auckland plus tard, nous nous éloignons finalement définitivement de l’Océanie, prêts à un nouveau passage en Asie. Et pas n’importe où : nous voilà à Tokyo, où nous rejoignons mon frère ! Une toute nouvelle aventure nous attend, ainsi que des retrouvailles et d’enthousiasmants projets ! A suivre… 😉

D’autres bilans sur les Samoa :

« 3 semaines aux Samoa : budget, itinéraire et bilan » (From Wonderland)

« Samoa #4 : le bilan » (Melvin & Sophie)

« Samoa : vacances au bout du bout du monde » (We Love Backpack)

Bye-bye Samoa !

Bye-bye Nouvelle-Zélande ! [Itinéraire et budget de 8 mois de PVT]

Nos proches et ceux qui suivent le blog savent à quel point notre passage en Nouvelle-Zélande a parfois été compliqué. Il y a eu du bon, des rencontres, des découvertes et des coups durs. À l’heure de quitter le pays, je reviens donc sur les 8 mois passés ici, notre itinéraire, notre budget, ce que l’on a aimé, mais aussi nos échecs et ce qui a été difficile. Parce que le voyage, c’est aussi ça 🙂

Lire la suite

Budget d’un PVT en Nouvelle-Zélande : notre retour d’expérience

Avant toute chose, pardonnez le titre de l’article ! J’ai un peu l’impression d’écrire sur une solution miracle permettant de gagner 5000 euros par mois sans sortir de chez soi. Mais je n’ai pas trouvé plus clair pour résumer le sujet du jour.

A l’instar de l’Australie, beaucoup de jeunes voyageurs décident de se rendre en Nouvelle-Zélande pour une durée assez longue (entre 6 mois et un an). Ceci est dû à la facilité d’obtention du PVT (ou WHV en anglais), le VISA qui permet aux ressortissants Européens (entre autres) de moins de 31 ans de visiter et travailler légalement dans le pays pour une année. On peut ainsi découvrir les îles sans avoir un gros apport d’argent à la base.

Lire la suite

Bye-bye Vietnam ! [Itinéraire et budget de deux mois de voyage à moto]

A l’heure où j’écris nous sommes toujours à Hanoï, mais il ne nous reste que quelques heures avant l’heure fatidique de notre départ du Vietnam. Nous y avons passé deux mois et dans la globalité je peux dire que j’ai clairement adoré le pays. S’il y en a un qui m’a vraiment plu en Asie du Sud-est, c’est bien lui ! Pourtant, en lisant les avis en ligne, j’avais plutôt l’impression que ce serait tout l’inverse. Alors qu’est-ce qui m’a tant plu dans ce vaste pays, et pourquoi ? Voici l’heure de faire le bilan de nos deux mois de voyage à moto au Vietnam !

Lire la suite

Bye-bye Cambodge ! [Itinéraire et budget d’un mois de voyage à moto]

Max à moto - Bilan Cambodge

Au terme d’un mois de voyage à moto au Cambodge, nous voilà au Laos. Le passage de frontière stressant étant derrière nous, on réalise enfin que l’on a quitté ce pays découvert un mois durant. Du poivre de Kampot aux dauphins de Kratié, en passant bien sûr par les temples d’Angkor de Siem Reap, voici le récap’ de notre voyage !

Lire la suite