Expérience poivrée entre Kampot et Kep

Kampot au bord de mer

Kampot fut notre premier arrêt au Cambodge, juste après avoir passé la frontière commune avec le Vietnam à moto.

Ce fut une expérience bizarre. Nous dormions dans un petit bungalow surélevé très sommaire : un lit, une grande moustiquaire, et c’est tout. La nuit on entendait tous les bruits des insectes et animaux, sans parler des orages qui frappaient le toit en feuilles de notre habitation… Ou des souris qui nous faisaient caca dessus !

Lire la suite

Un jour, une plage… Sur l’île de Phu Quoc

Plage de Phu Quoc

Après notre traversée du Vietnam à moto, nous décidons de pousser jusqu’à l’île de Phu Quoc pour profiter des plages de la région.

Habituellement, ce n’est pas le genre d’endroit où on aurait voulu aller. Un coin pareil en Asie est un repère à touristes, avec tout ce que ça implique : béton, resorts qui poussent comme des champignons, privatisation des plages, prix exorbitants et trop de monde partout.

Mais là, on avait envie de se poser un peu au soleil et profiter de la mer. Après notre tentative échouée à la Marari’s Beach en Inde, on s’est dit que ça ferait le job pour quelques jours.

Et au final, l’île a été une très bonne surprise. Ce n’est pas pour autant un bijou paradisiaque sur lequel on se sent seuls au monde, mais j’ai quand même adoré la découvrir.

Lire la suite

L’importance des pâtés de sable (ou comment nous sommes restés enfants un peu plus longtemps)

L'importance des pâtés de sable

On est un jour de Février, à l’autre bout du monde de notre bout du monde. Les vagues échouent sur le sable dans un calme de surface et les crabes transparents zigzaguent sur la plage. On admire la mer sous le soleil qui frappe, enduits de crème solaire indice 50. C’est bien le minimum vital pour survivre ici avec notre peau blanche de Parisiens qui ont un peu trop traînés dans les montagnes Himalayennes.

L’endroit est désert. A part les quelques restaurants que l’on a croisés cinq cent mètres plus loin (et que l’on ne distingue déjà plus), il n’y a personne autour de nous.

Il faut dire qu’on l’a cherchée, cette plage. Après pas loin de 6 mois de vadrouille sous des climats différents et pas toujours cléments, on s’est accordé une visite moins immersive, une pause dans notre découverte du monde et des autres cultures. Quelques jours sur une île Vietnamienne, sans autre objectif que de profiter du son des vagues et de l’odeur de la crème solaire. On sait que ce n’est pas ici que l’on trouvera les clefs qui nous permettront de comprendre un peu mieux notre planète, mais on a accepté les règles de l’endroit : on ne doit pas se poser de question, juste profiter de la vue et du climat. Point. Lire la suite

Passage express à Kannur et aurevoirs au Kerala

kannurAprès Thrissur, nous continuons de remonter la côte kéralaise en train. Notre objectif : découvrir un dernier lieu de cet état avant de nous rendre à Mysore pour voir le palais s’éclairer.

Comme le palais de Mysore ne s’allume que les dimanches soirs, nous n’avons qu’un jour à accorder à Kannur. Ce sera donc une visite express.

A l’instar de Thrissur, Kannur représente bien ce que le Kerala parvient à faire en terme d’association ville-verdure. Si cette ville ne regroupe que 50 000 habitants, elle m’a donnée une impression beaucoup plus urbaine que Thrissur, qui est pourtant 6 fois plus peuplée… Étrange. Lire la suite

Tentative de « baignade sur plage indienne » à Marari’s Beach

AllepeyDepuis notre départ, j’avais répété à Max : « Avant de partir vadrouiller dans les pays froids ou dans les terres, je veux au moins m’offrir quelques jours de repos à ne rien faire du tout à part boire des cocktails sur la plage ».

Pour les cocktails, il fallait déjà faire une croix dessus. L’alcool est difficile d’accès en Inde (il faut aller dans les magasins gouvernementaux) et on trouve surtout des « Mocktails », c’est à dire des boissons non alcoolisées.

Il restait les plages. Lire la suite

Tournage de film Boolywood, filets de pêche chinois et communisme à Fort Kochi

KochiAprès les montagnes du Kerala, nous sommes descendus pour un passage obligé à Kochi, la plus grande ville de l’état.

Appelée « Cochin » jusqu’en 1995, cette ville indienne de plus de 600 000 habitants a été d’abord colonisée par les hollandais, puis par les anglais. Naturellement, c’est son architecture coloniale et son ambiance qui en fait une destination de choix pour les touristes internationaux. Lire la suite

Kânyâkumârî : la pointe extrême-sud de l’Inde

cap comorinComme nous étions en moto (et que l’on commence à connaitre les distances indiennes), nous avons fait un arrêt d’une nuit entre Madurai et la pointe de l’Inde.

On a donc passé une soirée à Tooththukudi (ville à mi-chemin), durant laquelle on a surtout galéré pour trouver internet et gérer les histoires de papiers pour la moto. La ville n’avait rien de plus ou de moins qu’une ville indienne, mais nous avons goûté les biscuits locaux, les « Macaroon ». Lire la suite

Pondichéry, « la petite France indienne »

pondicheryAprès Chennai, nous nous sommes rendus à Pondichéry, la ville que tout le monde s’accordait à nous décrire comme « un bout de France en Inde ». Oui, bon, faut pas exagérer quand même. Mais c’est vrai qu’on ressent l’influence !

Pondichéry est la ville principale de l’état du même nom enclavé dans le Tamil Nadu. Son histoire est particulière puisqu’il s’agit de la seule région de l’Inde a avoir été colonisée par la France, et ce pendant près de trois cent ans (de 1673 à 1956). Ceci se sent dans certains bâtiments et dans l’architecture en règle générale. Lire la suite

Arrivée en Inde du Sud : Chennai et Mahadalipiram

ChennaiAprès le Sri Lanka, je suis arrivée à Chennai, sur la côte sud-est de l’Inde.

Je ne sais plus comment on avait choisi cette ville, surement parce que c’était une des six villes indiennes disposant d’un aéroport international…

En tous cas, quand je suis arrivée, Max avait acheté une moto et il nous fallait attendre de recevoir les portes-bagages pour commencer notre road-trip. Pas de chance pour nous, nous étions en pleines fêtes sacrées indiennes et toutes les livraisons étaient en pause. Nous avons donc passé cinq jours à Chennai. Lire la suite

Quelques jours reposants à Galle

GalleNos envies de montagne ayant bien été séchées par la météo, nous nous retrouvons finalement à Galle (prononcer « Gôl »), la grande ville côtière du Sud du Sri Lanka.

Nous n’avions pas beaucoup d’attente sur la ville, mais au final on a beaucoup aimé.

Galle a été développée sous la colonisation portugaise puis néerlandaise. La vieille ville (et la forteresse) date d’ailleurs de cette époque.

Le tsunami de 2004 a détruit une partie de la ville, qui a depuis été reconstruite. Lire la suite