Wanaka et Queenstown, les stations balnéaires de Nouvelle-Zélande

Si je raconte d’habitude nos récits selon un découpage géographique et chronologique, je dois ici faire une exception.

Nous nous sommes rendus à Wanaka une première fois lors de notre road trip en famille, début novembre. Malheureusement, le mauvais temps menaçait et il nous fallait tracer à travers la zone pour atteindre les fjords sous le soleil. Décision que personnellement je ne regrette absolument pas, vu les paysages de dingues qui nous attendaient !

Mais du coup, on était un peu déçus de ne pas avoir pu visiter les deux villes touristiques du Sud du pays, souvent vantées par les voyageurs. Alors quand on a décidé de quitter Christchurch, Zac, Max et moi, on a refait la route en sens inverse pour y remédier. Cet article est donc un mélange de récit de nos deux visites de la région.

SOMMAIRE D’ARTICLE


Beautés de bord de route

Le gros avantage de la Nouvelle-Zélande, c’est que les trajets sont tout aussi beaux que les destinations. Les paysages sont extrêmement variés : plages, montagnes, champs, moutons, neige, vallées… Et la route menant à Wanaka n’est pas une exception. Voici quelques extraits choisis :

wanaka queenstown
wanaka queenstown
wanaka queenstown

Les blue pools

Sur le chemin depuis la côte Ouest et les glaciers, et à quelques kilomètres de Wanaka, nous nous arrêtons voir les blue pools.

Il s’agit d’une promenade de quelques minutes qui mène à un bassin naturel d’eau turquoise assez impressionnante.

wanaka queenstown

Si l’eau donne envie de plonger, sa température et les sandflies nous retiennent facilement. Une autre fois ! 😉


Puzzling World, le musée du casse-tête

Pour notre premier passage à Wanaka, la météo est assez capricieuse. Alors histoire de changer un peu de l’activité « rando » habituelle, on décide de se rendre en famille à Puzzling World, une des attractions touristiques de la ville.

wanaka queenstown
Les touristes prennent toujours la pose façon « on retient le bâtiment ». Non merci 🙂

Le musée est divisé en deux zones : le labyrinthe et l’exposition. Le labyrinthe est un jeu d’orientation à l’extérieur du bâtiment. Le but : se rendre à différentes tours dans un ordre précis. Lucas et moi faisons équipe, face à Max d’un côté et les parents de l’autre. Bon, j’avoue, sans Lucas je crois que je ne serais jamais sortie !

wanaka queenstown

Une fois tous dehors, nous visitons les expositions. Il y a différentes salles, chacune présentant des illusions d’optiques : la salle penchée qui fait vriller le cerveau, les visages qui ont l’air de nous suivre du regard ou encore des ambigrammes, ces mots écrits de telle façon qu’ils peuvent avoir deux sens opposés.

Si ce n’est clairement pas un incontournable de la NZ, ce musée a été une occupation bien amusante pour un jour de pluie dans la région. Et puis ça change un peu des randos !

Wanaka, son lac et son arbre

Pour notre deuxième passage à Wanaka, nous décidons donc cette fois de visiter le village et les alentours.

Wanaka est une petite station touristique dont le cœur est bordés de boutiques et de restaurants. Même si les rues sont bondées de camping car et de vans de voyageurs, on peut trouver un gros charme à l’endroit.

Les touristes viennent ici pour admirer le lac de Wanaka, et notamment son célèbre arbre. J’avoue ne pas bien comprendre pourquoi cet arbre est à ce point prisé (au point qu’en été, les visiteurs font la queue pour le photographier)… Mais bon, disons qu’il a un certain charme…

Le lac de Wanaka me fait penser à la Scandinavie
L’arbre de Wanaka, photographié par Zac. Retrouvez sur son Instagram d’autres photos de la NZ, du Japon et de l’Australie.
Au bord du lac, on peut remonter le temps en suivant les dalles rappellant les grands événements de l’histoire.

Le Roy’s Peak, une rando beaucoup trop prisée

Apres une journée en ville, Max, Zac et moi décidons de faire une randonnée dans la région. Il faut dire que les paysages alentours sont incroyables, et on a envie de prendre de la hauteur pour les admirer.

Notre premier choix est la randonnée de l’Isthmus peak. Malheureusement elle est fermée quand nous arrivons, à cause des transhumances des cerfs qui ont lieu à cette période. On se reporte alors sur la Roy’s Peak, la plus connue du coin.

Mais en arrivant, on change immédiatement d’avis : on dirait que tous les touristes de la région se sont donné rendez-vous ici ! Le parking et les bords de route environnants sont pris d’assaut. On croise encore des vans qui font demi-tour, sans parler des gens qui n’ont pas trouvé d’autre moyen que de venir en stop depuis la ville, faute de place de parking.

La perspective de marcher en étant noyés dans la foule n’emballe aucun d’entre nous. On préfère changer de programme.

Le soir même, je tomberai sur une publication Facebook d’une française intitulée « Bonjour, c’est ici pour la photo Instagram ?« . Elle y partage des photos du point culminant de la rando du Roy’s Peak, où l’on voit une queue de visiteurs qui attendent pour prendre LA photo. Très peu pour moi !

À 16h, le parking du Roy’s Peak ne désemplit toujours pas… Si vous voulez vraiment la faire, mieux vaut venir très tôt !

La Rocky Peak Track

Du coup, on préfère changer de programme. Nous voici donc partis pour la Rocky Peak Track, à 40 minutes de là. Ce fut un choix plutôt judicieux, puisque nous avons du croiser une dizaine de personnes en tout, sur trois heures de marche.

La rando commence dans la forêt et nous amène jusqu’au Diamond Lake, un petit lac en forme de diamant assez photogénique !

Il nous faut ensuite grimper pendant une grosse heure. Mais la vue à l’arrivée vaut bien tous les efforts fournis !

wanaka queenstown
Moment photo et pique-nique…. obligé !
wanaka queenstown
On est à deux doigts d’un Oscar !
wanaka queenstown

Au final, le hasard a bien fait les choses : on est ravis d’avoir pu faire cette rando, beaucoup moins fréquentée que la Roy’s et pourtant très impressionnante. 


Queenstown, la porte des fjords

Après Wanaka, nous nous rendons à Queenstown, une centaine de kilomètres plus loin.

Queenstown est une station balnéaire de 15 000 habitants. Située aux abords des fjords, c’est d’ici que partent les croisières pour le Milford Sound. C’est donc une ville remplie de touristes et construite autour de ça.

Tout comme Wanaka, Queenstown a été construite à flan de falaise et au bord de lac. Les rues sont donc extrêmement pentues, et la vue magnifique. L’eau du lac Wakapitu est tellement claire qu’on peut voir les galets en dessous et le reflet des montagnes dessus.

wanaka queenstown
wanaka queenstown

Le centre ville est très bien aménagé. Les parcs sont bien entretenus et grouillent de vie (rien à voir avec Christchurch 😉 ). Il y a même une plage et des pédalos, pour profiter du beau temps.

wanaka queenstown
wanaka queenstown

Nous n’avons rien fait d’autre à Queenstown que de nous promener en ville en mangeant des glaces. C’est un programme suffisant en soi, pas vrai ?


Wanaka et Queenstown ont été une agréable surprise. Si ce sont des villes très touristiques, elles le sont pour une raison. Ce sont les premières que j’ai réellement appréciées en Nouvelle-Zélande. Bon, je n’y vivrais clairement pas (elles peuvent devenir très anxiogènes à cause du nombre de touristes, du peu d’espace et des rues pentues). Mais ce fut de jolis moments !

Après cette interlude temporelle, il est temps de reprendre notre récit dans l’ordre. Prochain article : notre excursion en famille dans les fjords néo-zélandais !

wanaka queenstown

A lire sur le sujet :

« Découverte de Wanaka » (Jen On The Road)

« Queenstown, l’étape incontournable en Nouvelle-Zélande » (Ma Globe Trotteuse)

« La paisible ville de Wanaka, entre lacs et montagnes » (Chill And Vadrouilles)

Une remarque ? Un commentaire ? Une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.