A la recherche des dauphins de l’Irrawaddy à Kratié

Lou à la recherche des dauphins d'Irrawaddy

Après notre court séjour à Phnom Penh, nous reprenons la moto avec pour objectif de remonter le Mékong jusqu’à la frontière du Laos. Notre seul arrêt prémédité sur le chemin : Kratié et ses fameux dauphins de l’Irrawaddy.

La remontée du Mékong

On aurait pu faire les 250 km qui nous séparaient de Kratié en un jour, mais nous souhaitions prendre des routes alternatives et nous poser au gré de nos envies. Il faut dire qu’il nous reste alors encore une semaine sur nos VISA Cambodgien, donc autant prendre notre temps.

Vue sur le Mékong

Lou à Kampong Cham

On fait donc un premier arrêt dans le village de Kampong Cham. On avait repéré une guesthouse sur internet (ce que l’on ne fait jamais d’habitude) et on s’est ainsi retrouvés un peu au milieu de nul part, très excentrés de la ville. C’était marrant parce qu’on avait l’impression d’être dans une basse-court : poules, poussins, chatons, chiens mais aussi serpent, rats… On a tout vu dans le coin !

Vu qu’il n’était pas facile de trouver à manger ici, on a décidé de repartir le lendemain et de s’arrêter un peu plus loin. C’est comme ça qu’un peu plus de 120 km plus tard, on est arrivés à Chhlong.

Pêche sur le Mékong

Route Cambodgienne

Chhlong est un village de 4000 habitants dénué d’intérêt touristique. Les gens y sont donc adorables (CQFD). On a vite repéré nos QG : un restaurant de curry géré par une mère et ses filles (qui étaient toujours mortes de rire en nous voyant) et une vendeuse de café qui préparait nos commandes sans qu’on ne lui demande plus rien (on était des habituels !). On a donc passé trois jours dans ce village, juste parce qu’il était agréable. Nous avons ainsi pu prendre le temps de s’organiser pour la suite du voyage et d’écrire un peu. Côté négatif, on note encore et toujours l’horrible pollution Cambodgienne… On a carrément grillé un père de famille descendre de son scooter pour aller jeter ses poubelles dans le Mékong. Il était un peu gêné qu’on le voit faire, mais ça ne l’a pas empêcher de lancer son sac poubelle dans la nature…

Après cette petite pause à Chhlong, nous partons finalement pour Kratié qui ne se trouve en fait qu’à 30 km.


Kratié, une ville qui allie tourisme et vie locale

Kratié n’est pas vraiment un joyaux perdu au beau milieu du Cambodge. Cette petite ville de 36 000 habitants est une zone très touristique car c’est ici que l’on peut venir voir les dauphins du Mékong et faire de belles promenades.

Mais Kratié a su allier attrait touristique et vie locale. Le marché (réellement destiné aux locaux, contrairement à de nombreux marchés de Phnom Penh) côtoie les guesthouses et les loueurs de scooters. Il n’y a pas non plus des hordes de chauffeurs de tuk-tuk qui scrutent un peu partout pour trouver des touristes à transporter.

On peut manger dans des hôtels pour les prix classiques des plats touristiques, mais on peut aussi choisir d’aller manger dans les étales locales pour un prix local. Après un mois dans le pays, il nous a semblé que les Cambodgiens de Kratié étaient très honnêtes et nous donnaient toujours les prix réels. Ce qui, en Asie du Sud-Est, est bien agréable ! J’ai beaucoup aimé cette ambiance.

Il faut dire aussi que Kratié est un peu excentré du circuit touristique classique. Du coup les visiteurs qui viennent ici sont plus « motivés » et ne viennent pas seulement boire des coups. Ça change surement l’ambiance de l’endroit et les relations entre locaux et touristes.

Marché de Kratié

Marché de Kratie

De la ville, on a un super point de vue pour voir le soleil se coucher sur le Mékong. Magnifique.

Barque et coucher de soleil sur le Mékong


L’île de Koh Trong

Chemin de l'île de Koh Trong

Une des attractions touristiques de Kratié est l’île voisine : Koh Trong. A quelques minutes de barque de la ville, on peut s’y rendre pour une jolie promenade dans la campagne Cambodgienne, avec vue sur le Mékong. Les touristes louent souvent des vélos ou des scooters pour faire le tour de l’île, mais nous avons préféré la parcourir à pied. Depuis qu’on a la moto, on marche beaucoup moins, alors ça ne nous fera pas de mal !

Barque échouée sur Koh Trong

Max à Koh Trong

Les maisons de l'île de Koh Trong

On a parcouru les 12 km sur l’île à pied, en s’arrêtant devant les beaux paysages. L’île n’est en soi pas très exceptionnelle : elle ressemble à la campagne Cambodgienne que l’on traverse depuis un mois. Mais comme il y a très peu de véhicules, c’est un moment agréable.

On fait même une pause au bord du Mékong pour se rafraîchir un peu. Vu les 40° ambiant, c’est pas du luxe !

Lou dans le sable de Koh Trong

Une barque sur l'île de Koh Trong

Max saute dans le Mékong


Les dauphins de l’Irrawaddy

Pour notre troisième jour à Kratié, nous nous rendons sur le port de Kampi pour faire un tour en bateau à la recherche des dauphins de l’Irrawaddy.

Une espèce en danger

Les dauphins de l’Irrawaddy sont une espèce de dauphins d’eau douce que l’on trouve en Asie du Sud-Est et dans les fleuves Indiens. Ils ont une anatomie proche de l’orque et ressemblent plus à des bélugas qu’à des dauphins de mer. D’ailleurs, il ne faut pas s’attendre à les voir bondir hors de l’eau. Seul leur nez pointe à la surface pour respirer, ce qui rend compliqué leur observation.

Cette espèce est en danger critique d’extinction. Ceci est surtout causé par la pêche à outrance des locaux qui a réduit le nombre de spécimens. Actuellement, on ne trouve qu’une centaine de dauphins dans le Mékong, dont dix côté Laos. Pour que les mentalités locales changent, que la pêche soit bannie et que leur habitat soit préservé, des associations ont décidé de développer le tourisme autour d’eux (plus d’info ici).

La recherche des dauphins de l’Irrawaddy

C’est une attraction un peu coûteuse (9 dollars par personne) mais à ce prix on a droit à une heure de bateau sur le Mékong avec un Cambodgien de la région. On a hésité à louer des kayak à la place, mais l’excursion était très chère (50 dollars par personne) et le kayak ne permet pas d’approcher les dauphins à coup sûr…

On monte donc sur la barque en fin d’après-midi, heure à laquelle les dauphins se rapprochent de la berge pour chaparder quelques proies échappées des filets des pêcheurs locaux.

Je suis excitée comme une puce. Une vraie gamine. Le bateau démarre et on s’éloigne de la côte. On croise un seul bateau en sens inverse, qui nous indique que le banc de dauphin se trouve un peu plus loin. On s’y rend et on coupe le moteur.

L’ambiance est alors incroyable. La lumière de fin d’après-midi est apaisante et on entend seulement le bruit de l’eau ainsi qu’une musique Cambodgienne qui vient d’une île un peu plus loin. On n’ose même plus parler et on scrute la surface du fleuve.

Et tout d’un coup…

On entend un gros « SLPASSHHH » : le bruit d’un dauphin qui respire à la surface ! Je frétille sur place et notre capitaine de barque rigole devant mon excitation !

Max sur la barque à la recherche des dauphins d'Irrawaddy

Les dauphins sont tout autour de nous. Ils sortent par bande de trois ou quatre. Max essaie de les prendre en photo mais ils surgissent de nul part ! Difficile d’anticiper leurs mouvements. Voici le résultat :

dauphins de l'Irrawaddy

dauphins de l'Irrawaddy

Ça rend mieux en vidéo :

On passera donc une heure à jouer au chat et à la souris avec eux. L’ambiance est vraiment géniale. J’en savoure chaque seconde. Les dauphins passent parfois à quelques mètres de notre barque.

Retour sur la terre

Au bout d’une heure, on fini par faire demi-tour et on retourne sur le mini-quai.

Une fois descendus du bateau, on voit des enfants en pleine baignade dans le Mékong. Vue la chaleur, je n’hésite pas trop : je pousse Max à l’eau. Il commence une bataille d’eau avec les trois enfants. Ils le mettent au défi je crois, mais on a un peu de mal à se comprendre…

Max se baigne avec les enfants Cambodgiens

Après cette pause rafraîchissante, on retourne à Kratié en moto. Sur le chemin du retour, on admire ce qui sera notre dernier coucher de soleil Cambodgien. Et pas des moindres…

Coucher de soleil sur le Mékong


Après quatre jours à Kratié, nous nous dirigeons à Stung Treng pour notre dernière nuit au Cambodge. La suite : le passage de frontière vers le Laos et la suite de notre road trip en Asie du Sud-Est !

2 réflexions au sujet de « A la recherche des dauphins de l’Irrawaddy à Kratié »

Partagez vos avis et expériences...