Comment voyager en Islande ?

Nous avons parlé précédemment de l’Islande, de sa situation géographique et de son histoire, ainsi que de sa culture. Dans cet article, nous expliquerons plus précisément quelques généralités pour voyager en Islande. Il ne s’agit évidemment pas d’être exhaustif, mais plutôt de témoigner et de partager notre expérience et notre découverte de l’île !


Le coût de la vie en Islande

Première chose : voyager en Islande est cher Très cher (et on vit à Paris pourtant, on devrait être habitués !). La monnaie est la couronne Islandaise (appelée ISK) et quand nous y sommes allés, 1 EUR faisait 137 ISK. En général, je trouve que plus le taux de change est élevé, plus notre pouvoir d’achat est intéressant, mais ici ce n’est pas du tout le cas. De toute façon, les islandais se moquent totalement de devoir gérer de grands chiffres puisqu’ils utilisent majoritairement la carte bancaire (sauf peut-être pour le bus). Pour nous qui n’avons pas de carte internationale et qui souhaitions payer en liquide, il a fallu s’organiser pour gérer les billets de 500, les pièces de 100, de 50, de 5 ou de 1.

Pour donner quelques exemples de coût de la vie, voici ce que l’on a retenu :

  • Du pain de mie en tranches en supermarché : 500 ISK, soit environ 3,50 EUR
  • Une bière 25 cl dans un bar : 900 ISK, soit environ 6,40 EUR
  • Un bol de soupe à la viande (dans un restau hors spot touristique) : 1450 ISK, soit environ 10,40 EUR

Ce ne sont que quelques exemples que nous avons en tête, mais en règle générale tout est assez cher. C’est notamment dû au fait qu’il s’agit d’une île et qu’il faut importer les produits de loin. Et encore, si on cède aux lieux touristiques (les boutiques de souvenirs de l’avenue centrale de Reykjavik, les boutiques du Golden Circle, etc.), l’addition peut très vite être salée ! Nous, ce n’était pas notre objectif de consommer excessivement et souvent inutilement, alors on se débrouillait en se préparant des sandwichs en amont des excursions, en achetant nos bières au supermarché, en mangeant un gros petit déjeuner à l’hôtel pour tenir plus longtemps, etc. Mais il faut aussi savoir savourer les lieux, les restaurants et les bars, les excursions proposées… Un compromis à trouver si on veut profiter sans trop se ruiner !


Quelles options pour voyager en Islande ?

Le choix de la saison

Nous avons lu quelques articles et forums sur les voyages en Islande, et de ce qu’on a compris, le pays a vraiment deux visages : celui de l’été et celui de l’hiver. Il s’agit donc de se demander lequel des deux on souhaite voir afin de caler ses dates de voyage.

En gros, on résumerait comme cela : l’hiver, c’est le froid (pas mordant, -10° C. dans le pire des cas, ce qui peut être bien plus que certaines villes américaines ou canadienne en hiver telles que Chicago ou Toronto), les plaines recouvertes de neige, les aurores boréales, les nuits plus longues ; l’été, c’est la verdure, la température modérée (15° C. maximum), les longs jours, l’observation des baleines et les balades en chevaux islandais. En soi, je ne pense donc pas qu’il y ait de meilleur ou mauvais choix. C’est surtout en fonction des envies.


Le logement et l’avion

D’habitude, nous privilégions les AirBnB (location de chambre chez l’habitant) ou les auberges de jeunesse. Nous ne l’avons pas fait cette fois-ci. L’offre que nous avons trouvée nous convenait et qu’on voulait avoir notre espace pour nous reposer après les excursions (oui, on s’embourgeoise !).

Nous avons donc opté pour un groupement avion + hôtel proposé par Icelandair, la compagnie aérienne de l’Islande.

Pour sept nuits d’hôtel et l’avion, nous en avons eu pour 550 euros par personnes, ce qui est très raisonnable. Nous étions à 10 minutes à pied du centre-ville (ce qui est facile étant donné la taille de la ville, mais bon) et l’hôtel était agréable. L’avantage, c’est que comme il y a peu d’hôtels à Reykjavík, pour chaque excursion que l’on réserve un bus vient nous chercher devant notre hôtel et nous ramène après. Pas la peine de se rendre à un point de rendez-vous. L’inconvénient, c’est qu’évidemment on est entourés de touristes et on est moins immergés…


Le choix des excursions

On peut naturellement voyager en Islande par soi-même. Etant donné les grandes étendues et le peu de développement des autres villes que la capitale, il faut alors opter pour la location de voiture (cf. ci-après). Nous n’avions pas souhaité le faire, parce que nous avions prévu de rester aux abords de la ville.

Il existe des excursions à la journée et d’autres sur plusieurs jours. Assez chères, elles permettent de voyager en Islande sans véhicule. Nous n’avions qu’une semaine, alors nous avions largement de quoi nous occuper autour de Reykjavík en partant le matin et en revenant le soir, mais faire une excursion de plusieurs jours doit vraiment permettre de voir une autre face du pays.

Quels organismes ?

Les excursions sont réservables auprès de différents organismes. Nous en avons essayé deux, Reykjavik Excursions et Extreme Iceland. Inutile de dire que nous avons largement préféré la seconde, beaucoup plus conviviale. En effet, Reykjavik Excursions est une grande entreprise, et certaines sorties comme la chasse aux aurores boréales et le Golden Circle (dont on parlera dans d’autres articles) se font à coup de quatre gros bus remplis de touristes qui se suivent. Cela dit, les guides étaient très gentils, nous racontaient toujours des anecdotes différentes sur le pays et rendaient les visites intéressantes.

Car c’est ça le grand avantage des excursions en Islande : les guides. Nous avons ainsi beaucoup appris sur la culture, les contes et légendes urbaines (à base de trolls et d’elfes), les activités thermiques, la faune et la flore, l’histoire du pays, etc. Même si je me doute qu’ils répètent la même chose à court d’année, ils l’ont tous fait avec beaucoup de plaisir du partage et de passion pour leur pays. C’était très agréable, et nous n’aurions pas vu les choses de la même façon si nous étions partis seuls. Mais encore une fois, on se retrouve dans ce cas confrontés aux touristes et certaines « attractions » perdent beaucoup de leur charme…

Nous avions prévu quatre excursions (à bien prendre en compte dans le budget du voyage) :


Louer ou non une voiture

Nous avons vu pas mal de posts de voyageurs voulant louer une voiture pour faire le tour de l’Islande. Ca doit être un voyage magnifique ! Ce qu’il faut savoir, c’est que l’Islande (un peu comme l’Australie) n’est quasiment pas habitée en son centre. Le chemin le plus classique consiste donc à emprunter la route 1. C’est la seule grande route qui fait le tour de l’île. Au moins, on ne risque pas de se perdre !

Vu que nous n’avons pas choisi cette option, on ne sait pas trop de ce qu’il en est lorsque l’on décide de louer une voiture. Ce qu’on sait en revanche, c’est qu’il peut être très compliqué de rouler en hiver. Tous les ans des touristes meurent dans des accidents sur la route 1. Et ce même avec les grosses roues cloutées des 4×4 islandais…

Les roues des 4x4 Islandais

Du coup, on pense que cette option est préférable en été. D’autant plus quand on n’a pas l’habitude de conduire sur de la neige et de la glace.


Pourquoi avoir choisi un voyage en Islande ?

A la base, nous avions pour objectif de faire un road trip dans les pays nordiques (Suède, Norvège et Finlande). Mais nous souhaitions avoir au moins trois semaines pour cela… Alors nous avons décidé de réserver ce voyage pour cet été.

Du coup, nous étions un peu tristes de reporter notre futur voyage de 8 mois… Et de ne pas pouvoir voir d’aurores boréales (puisque c’est impossible l’été). Alors nous avons eu l’idée de s’organiser une petite semaine en Islande. Nous voulions de la nature, des aurores boréales, du froid… L’Islande était parfaite pour ça (et on a été ravis) ! C’était mon cadeau à moi-même pour la signature de mon CDI !

Restait à choisir la date. Nous avons opté pour la dernière semaine de février, parce que cela nous permettait de voir le pays sous la neige. On espérait aussi chasser les aurores boréales ! A cette période, les jours étaient quand même suffisamment longs : le soleil se levait à 8h et se couchait à 18h30, ce qui nous changeait à peine de Paris. Si c’était à refaire, nous referions le même choix pour sûr !

3 réflexions au sujet de « Comment voyager en Islande ? »

Partagez vos avis et expériences...