Wellington, la capitale de bord de mer

Après notre super rando au Abel Tasman Park, nous voilà prêts à changer d’île. Il est en effet l’heure de dire au revoir à l’île du Sud, sur laquelle nous avons passé près de 7 mois. Max, Zac, mon père et moi arrivons donc à Picton, près à embarquer sur le ferry et à découvrir le Nord de la Nouvelle-Zélande. Et on commence par Wellington, la capitale !

SOMMAIRE D’ARTICLE


Picton, trajet en ferry et changement d’île

Rendez-vous des ferries à Picton

Picton est une toute petite ville côtière de l’île du Sud. Son centre est assez joli : bordé de magasins et de jeux d’eau pour enfants. Il faut dire que c’est un passage obligé pour tous ceux qui veulent changer d’île par voie maritime. Les ferries sont impressionnants… de vraies villes sur l’eau !

La mer se confond avec le ciel
Arrêt aux abords de Picton

Comme tout le monde, c’est donc ici que nous nous sommes rendus, sous un ciel parfaitement bleu.

La traversée

Après plus de deux heures de retard de la part de la compagnie, nous montons enfin dans le ferry qui nous emmène à Wellington.

Adieu l’île du Sud !

Evidemment, je n’ai pas lu les papiers qu’on nous a donné et je n’étais pas au courant que nous n’aurions plus accès à nos véhicules pendant la traversée. Résultat, je me retrouve en short et débardeur sous la clim infernale du bateau… Ce fut trois longues heures !

On fait genre, mais en pleine mer il fait assez froid

Mais la vue est jolie, et l’avantage du retard c’est que l’on peut profiter de la douce lumière de fin de journée lorsque l’on arrive à Wellington.

La lumière du soleil couchant sur le ferry
Arrivée du ferry à Wellington

Dormir à Wellington

Avec nos deux vans, nous nous sommes rendus à Evans Bay Marina Carpark, le camping gratuit le plus proche de la ville. Des capteurs au sol indiquent en temps réel le nombre de places disponibles via l’application Campermate. Il est important de vérifier les dispos avant de venir car ce camping est pris d’assaut.

A la sortie du ferry, nous sommes donc allé dormir à 30 km de là dans un autre camping gratuit, celui-ci étant complet. C’est le lendemain matin que nous sommes revenus pour se garer sur les places libérées par les voyageurs partis avant notre arrivée. Les trois jours suivants, nous n’avons pas bougés les vans et avons fait toutes les visites à pied. Il faut prévoir une heure pour se rendre en ville, mais ça permet d’être libre de ses mouvements et de ne pas avoir à payer un camping. Vue la pénurie de camping (gratuits et payants) dans le coin, c’est une super solution !

Vue sur les bateaux depuis le quai du camping
Le coucher de soleil est loin d’être moche
Visiter Wellington
Et les lumières changent très vite

Les musées de Wellington

Te Papa Museum

Côté activités, Wellington a de quoi occuper les voyageurs pendant plusieurs jours, quels que soient leurs intérêts. Dans notre cas, nous avons commencé avec les deux musées principaux.

Le Te Papa Museum est le musée le plus célèbre de Nouvelle-Zélande. Il s’agit d’un immense bâtiment de 6 étages présentant diverses expositions : sur l’histoire du pays, l’histoire des Maoris, mais aussi sur la faune et la flore locale.

Visiter Wellington - Te Papa

Nous y avons évidemment fait un tour : c’était une étape que mon père attendait. Malheureusement, si le musée est effectivement très riche, j’ai trouvé que l’on s’y perdait un peu. Les sujets s’enchaînent sans trop de clarté. Et puis surtout, la section présentant le fameux calamar le plus grand du monde était fermée… J’étais bien déçue, parce que ça a l’air dingue !

Visiter Wellington
Exposition sur les néo-zélandais lors de la première guerre mondiale

Mais bon, ça reste une très bonne activité à faire en ville, et puis les environs sont vraiment jolis.

La terre, représentée selon différentes croyances et époques

Le Wellington Museum

Du coup, on a fait un saut au Wellington Museum. Bien plus modeste, ce musée retrace l’histoire de la ville et ses événements marquants. On y trouve d’ailleurs différentes maquettes de flotte de l’époque, Wellington étant un port très important pour les colons Anglais (et par la suite également).

Visiter Wellington Museum
Visiter Wellington

La Cuba street

Mais Wellington, ce n’est pas qu’une ville de musées. On l’apprécie surtout lorsque l’on s’y balade. Au centre-ville se trouve d’ailleurs la Cuba Street. Cette rue particulièrement colorée est bordée de magasins en tout genre. C’est un chouette endroit pour marcher par un bel après-midi d’été !

Visiter Wellington

Heritage Maritime Trail : balade au bord de mer

Mais plus encore que le centre ville, le top c’est de longer la mer. Tous les matins, nous partions à pied de notre campsite jusqu’au port ou au centre-ville. Ça faisait une bonne heure de marche mais quel que soit le temps, la vue valait toujours le coup.

La mer sous les nuages donne une ambiance particulière
Mais le ciel bleu n’est pas mal non plus !

Une fois arrivés proches de la ville, on peut emprunter la Heritage Maritime Trail, un chemin de promenade qui passe par les ports. Les beaux jours, on croise des dizaines de joggers ou de familles en promenade. Et même sous les nuages, les paysages valent le coup.

La statue « Solace in the Wind », emblème de la ville
Un des ports de Wellington
Fougère argentée (symbole de la NZ) qui se transforme en soldats

Le Cable Car

Une des attractions les plus touristiques de la ville est sans nul doute le cable car. Il s’agit d’un téléphérique qui dépose les voyageurs directement dans le jardin botanique, où ils peuvent ensuite se promener.

La montée est assez chère (5 dollars) étant donné qu’elle ne dure que deux ou trois minutes. Mais bon, la vue d’en haut est pas mal. Le parc aussi, même si nous n’y avons finalement pas passé beaucoup de temps.

Visiter Wellington
Le Cable Car de Wellington

Arrivés en haut, on peut visiter un mini-musée sur le téléphérique.


Marché de Wellington

Comme nous étions à Wellington le dimanche, nous en avons profité pour faire un saut au marché. C’est la première fois que j’en voyais un aussi grand en Nouvelle-Zélande. Il y avait des restaurateurs de pleins de nationalités différentes qui proposaient des produits locaux (Mexicains, Chinois, Japonais, Indien, Français…), ainsi qu’une partie réservée au marché plus traditionnel avec des fruits et des légumes.

Je conseille d’ailleurs aux voyageurs qui en ont l’occasion de se fournir là-bas. En NZ, les légumes et les fruits sont largement moins chers sur les marchés que dans les grandes surfaces. Il y a aussi beaucoup plus de choix. On a donc sauté sur l’occasion de faire le plein de prunes, kiwis, tomates et courgettes !

Visiter Wellington

Voir la ville de haut au Mont Victoria

A la fin du troisième jour passé à marcher dans la ville, j’avoue ne pas avoir eu la motiv’ de faire l’ascension du Mont Victoria. Il en était de même pour mon père. Mais Max, lui, pétait suffisamment la forme. Il s’est donc rendu en haut du mont pour observer la ville de haut. Voici ce que ça donne. Pour les plus motivés, ça doit être très joli au coucher du soleil.


Ces trois jours passés à Wellington furent vraiment agréables. L’ambiance est très vivante : on trouve des restos et des bars partout, les gens sortent, font du sport, vont à la plage… C’est chouette de visiter une ville néo-zélandaise qui bouge, surtout après 5 mois passés à Christchurch !

En tous cas, nous voilà repartis, toujours accompagnés de Zac et de mon père. Direction le nord de l’île. A suivre…

Visiter Wellington en trois jours

D’autres récits de voyage sur Wellington :

– « Que faire à Wellington » (Les Deux Petits Baroudeurs)

– « 6 bonnes raisons de visiter Wellington (et d’y rester) » (Girl Trotter)

– « 10 bonnes raisons de s’envoler pour Wellington » (Rêver d’ailleurs)

2 réflexions au sujet de « Wellington, la capitale de bord de mer »

Une remarque ? Un commentaire ? Une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.