Destination : Népal

Nous sommes partis de France sans aucun autre plan que d’aller en Inde et de passer toute la durée de notre Visa dans le pays. Nous avons donc dû choisir notre prochaine destination.

Notre choix s’est porté sur le Népal, un peu au hasard. C’était un choix non-prémédité : Max souffrait de la chaleur en Inde, alors on s’est dit que les montagnes lui ferait du bien. Et puis on savait qu’on y serait en Novembre, qui s’avère être le mois idéal pour les treks. En effet, la saison touristique dure tout le mois d’octobre, pendant lequel la météo est parfaite. Novembre est également une très bonne saison, beaucoup moins fréquentée (peut-être parce que les touristes ne prévoient pas de vacances à moins de 4 semaines de noël). Du coup pour nous, c’était parfait.

Et puis on avait RDV avec mes frères à Rangoon, au Myanmar, début janvier. Avec deux mois devant nous, hors de question de visiter plus d’un pays. On a donc décidé de se poser deux mois au Népal.


Le Népal en quelques mots

La culture népalaise nous rappelle souvent notre expérience en Inde. La nourriture, déjà, ressemble à celle que l’on trouve dans le nord de l’Inde (avec des meals et des chappatis) et on voit passer des Royal Enfield de temps en temps.

Le Népal a sa propre monnaie, la roupie népalaise, qui est alignée à taux fixe sur la roupie indienne. D’ailleurs, nous pouvons utiliser les roupies indiennes dans toute la capitale sans soucis. C’est un pays très pauvre et le coût de la vie est faible, encore plus que pour l’Inde.

La langue parlée est le népalais, même si plus de 100 langues ont été recensées dans le pays. A l’instar de l’Inde, le pays est essentiellement hindouiste (à plus de 80%).

Le Népal est tristement connu pour son terrible tremblement de terre de 2015, qui a laissé des séquelles visibles à chaque coins de rues de la capitale, Katmandou (qui regroupe 1 million d’habitants dans sa vallée). 

On associe beaucoup le Népal au Tibet (en Chine), au Bhoutan et au Ladakh (en Inde), puisqu’il s’agit des autres régions qui bordent la chaîne de l’Himalaya et dont les cultures se rassemblent.

Le Népal est un pays plutôt touristique pour sa superficie. Les étrangers sont attirés par tous les sports de plein air réalisables dans la région, notamment les treks. Le plus connus (et que nous souhaitons faire) est le tour des Annapurna, un massif de montagnes dans l’Himalaya, qui propose un passage de col à plus de 5000 mètres.

Malgré l’omniprésence de la nature dans le pays, les népalais ne la vénèrent pas. Ils la subissent bien souvent et sont très fatalistes quant à leur sort (on retrouve ici la mentalité hindouiste).


Un road trip au Népal ?

Nous n’avions pas de plan précis de ce qu’on souhaitait faire dans le pays. Nous savions que nous avions du temps alors on espérait faire un trek, se reposer sans rien faire de spécial pendant quelques jours, visiter les régions reculées du pays et faire notre première expérience en workaway.

Nous avons presque réalisé tout ça. La seule chose impossible a été de se rendre dans des villages reculés du Népal. D’abord, il faut savoir que Katmandou est le centre de tout, y compris des routes. Il est impossible de faire une boucle, si on prend une route depuis Katmandou, on prendra la même au retour. Le pays est étalé et est surtout bordé par l’Himalaya. Ça ne facilite pas le road trip.

Mais le vrai gros soucis a été l’état des routes et des véhicules. J’en ai déjà parlé, et j’ai vu que d’autres voyageurs s’étaient fait les mêmes réflexions, mais le Népal dépasse absolument tout ce que j’ai connu en terme de transport. C’est simple, les routes de montagne sont en fait uniquement composées de pierres et de sable. La conduite ultra bourrine des népalais et les trous dans les routes font que les bus et vans tombent en rade régulièrement, rallongeant considérablement les temps de trajet (en faisant Pokhara-Katmandou, notre van ne démarrait plus et sentait le brûlé, on nous a donc mis dans un bus qui a eu un problème de roue, puis un problème de moteur. Trois arrêts entre demi-heure et une heure pour un trajet sensé en faire cinq). Au final, il ne faut pas espérer faire plus de 30 km/h en moyenne, voire 15 en montagne.

Et le confort des trajets n’est pas à espérer. Peut-être plus dans les « tourist bus », et encore. En gros, il faut gérer le manque total d’espace (chaque bus est rempli jusqu’à ce que le sol ne soit plus visible, et les vans n’ont pas d’horaires et ne partent que lorsqu’ils sont pleins) ainsi que les bonds causés par les trous impressionnants dans les routes qui peuvent être très douloureux. Sans parler bien sur de la panique psychologique de voir les ravins passer à quelques centimètres des roues ou le mal de cœur du transport en montagne.

Bref, pour toutes ces raisons, nous ne sommes pas allés plus loin que Pokhara. Je pense pourtant que ça doit être une super expérience. Mais à faire avec son propre véhicule, une Royal Enfield par exemple 😉


Notre itinéraire

Nous avons passé très exactement 55 jours au Népal. Voici notre itinéraire final, beaucoup plus posé que d’habitude :

  • Nous sommes arrivés à Katmandou et nous avons passé deux semaines dans la capitale. Ce n’est pas que nous en sommes tombés amoureux mais nous attendions nos duvets envoyés de France pour partir en trek.
  • Nous avons pris un van pour Pokhara où nous avons passé une journée avant de démarrer notre trek de 13 jours dans les Annapurna.
  • Nous sommes ensuite retournés à Pokhara pour nous reposer pendant une semaine.
  • Puis à Katmandou et nous avons fait notre premier workaway, chez les « Children of the Universe », dans la campagne alentour. Nous y avons passé deux semaines, avant de prendre notre avion pour le Myanmar.


Sri Lanka, Inde, Népal, Myanmar, Vietnam et Cambodge… Retrouvez ici le bilan et les anecdotes de nos 6 premiers mois de voyage en Asie !

Une réflexion au sujet de « Destination : Népal »

  1. J’espère que Maxou a moins de bouffées de chaleur au Népal (c’est qu’il est fragile le petiot).
    Profitez bien des treks du Népal parce que faudra pas compter sur moi pour faire du sport quand je viendrai vous voir. 😉

    « N-E-P-A-L ! Vive le Népal ! Vive le Népal ! »

Partagez vos avis et expériences...