Destination : Laos, l’Asie du Sud-Est côté nature

Destination Laos

Après un mois de vadrouille au Cambodge, nous voici au Laos. C’est un pays que l’on nous a souvent raconté comme étant moins fréquenté que ses voisins Vietnam, Cambodge et Thaïlande. Mais à quel point ?

Il faut bien le dire, l’Asie du Sud-Est a beau être charmante, elle n’en est pas moins très fréquentée. Et on commence à fatiguer des hordes de visiteurs qui suivent des parcours identiques (même si on sait qu’on en fait aussi partie…). Est-ce que le Laos saura nous défaire de cette image ?

SOMMAIRE D’ARTICLE


Le Laos en quelques mots

Le Laos est un pays en forme d’étoile filante en Asie du Sud-Est. Beaucoup moins peuplé que ses voisins, il a été estimé à 7 millions le nombre d’habitants du pays en 2016.

La religion principale est le bouddhisme, même si l’état reconnaît la liberté de culte. Côté politique, le Laos est un gouvernement communiste à parti unique, à l’instar du Vietnam avec qui il a des liens très étroits.

La capitale est Vientiane, peuplée de près de 800 000 Laotiens. La monnaie utilisée est le Kip, qui est assez simple à calculer par rapport à l’Euro puisque 10 000 Kips = 1 euro.

Le Laotien est la langue d’état. Cependant, elle n’est la langue maternelle que de 58% de la population. Cela est dû au nombre important de différentes ethnies dans le pays (68 recensées) et aux nombres de langues différentes qui vont avec.

Au bord des cascades du Laos Road trip Laos


L’histoire du Laos

Le Laos faisait partie, avec le Cambodge et le Vietnam, des pays colonisés par la France et regroupés sous le nom « Indochine ». A la suite de la seconde guerre mondiale, la France donne finalement son autonomie au Laos en 1949. Mais il faudra attendre 1953 pour que le pays soit officiellement indépendant.

Les échos de la guerre du Vietnam

C’est à ce moment que les communistes Vietnamiens envahissent le pays, le plongeant ainsi dans la guerre civile. D’un côté il y a le Pathet Lao, le mouvement communiste Laotien. D’un autre, le parti neutraliste (ou anti-communiste). La situation semble très proche de celle du Vietnam : au nord se trouvent les communistes soutenus par la Chine et la Russie, au Sud les neutres, soutenus par les Etats-Unis.

En 1962, les américains négocient avec les communistes Vietnamiens le retrait de leurs troupes au Laos. Les américains quittent également le pays, qu’ils occupaient dans le contexte de la guerre du Vietnam. Le prince Souvanna Phouma redevient alors premier ministre. Il tente de maintenir la position neutre du Laos face au communisme, aidé par la France qui a toujours eu des liens étroits avec lui.

La prise de pouvoir des communistes

Mais en 1964, juste après l’assassinat de Kennedy, un coup d’état a lieu dans le pays et le parti neutre est définitivement dissout. Les Etats-Unis déclenchent alors l’opération « Rolling Thunder » et bombardent intensément le pays. Le Laos devient le pays le plus bombardé du monde par rapport à sa superficie.

La guerre civile perdure jusqu’en 1973. Les rebelles communistes Laotiens soutenus par le nord Vietnam continuent d’affronter les royalistes et les Laotiens des plateaux dont la position reste anti-capitaliste.

La fin de la monarchie

Un cessez-le-feu est finalement déclaré, et un an plus tard un gouvernement d’union national est créé par le prince Souvanna Phouma. Il inclut les communistes Laotiens et compte faire revenir l’unité du pays. Néanmoins, le Pathet Lao profite de la santé fragile du prince pour prendre le pouvoir. Le roi et la reine abdiquent, et meurent dans un camp d’internement avec le prince.

Souphanouvong devient ainsi en 1974 le chef d’état d’un gouvernement à parti unique, la République Démocratique Populaire Lao (RDPL). Cette prise de pouvoir pousse plus de 400 000 Laotiens à s’exiler dans les pays voisins, soit 10% de la population de l’époque. Peut-être la peur de subir les mêmes événements que le Cambodge avec les Khmers Rouges ?…

En tout cas, le pays reste dépendant et allié de manière très étroite avec le gouvernement Vietnamien. Il est membre de l’ASEAN depuis 1997 et s’est ouvert au tourisme sur les 20 dernières années, sans changer son système électoral.


Notre itinéraire prévisionnel

Edit : retrouvez l’itinéraire final et le bilan de notre road trip en Laos dans l’article dédié.

Comme d’habitude, nous n’avons pas de plan précis pour notre road-trip. Nous pensons remonter le pays sur notre moto en faisant les deux boucles touristiques dans les montagnes. Il faut aussi que nous passions à Vientiane (pour des questions administratives), avant de sortir du pays par l’une des frontières terrestres avec le Vietnam. A voir laquelle, en fonction du type de VISA que l’on va faire !

Quelques blogs à lire sur le Laos :

Madame Oreille : carnets de voyage incluant un road trip au Laos.
Notre petit grain d’Asie : blog de tour du monde, avec un passage au Laos.
Les chaussures usées : carnets de voyage avec itinéraire détaillé au Laos.

3 réflexions au sujet de « Destination : Laos, l’Asie du Sud-Est côté nature »

Une remarque ? Un commentaire ? Une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.