13 trucs un peu foufous au Myanmar

Une fois n’est pas coutume, je repars dans mes listes de trucs un peu surprenants que je découvre dans les pays que l’on visite. Et après quasi un mois passé au Myanmar, il est temps de partager mes trouvailles !

1 – Les Birmans ont un maquillage local peu commun. Tout le monde en porte, c’est même le premier truc que l’on remarque quand on arrive. Bon, d’après eux c’est surtout pour se protéger du soleil, mais en réalité on voit bien que c’est plutôt devenu une forme de coquetterie et un critère de beauté. C’est s’appelle du Thanaka : c’est une écorce d’arbre qu’ils mélangent à de l’eau et qu’ils frottent contre une pierre pour en extraire les pigment avant de le faire sécher sur le visage. Un fond de teint naturel, quoi !

2 – Les Birmans conduisent à droite, mais ils ont leur volant… À gauche. Historiquement, ils ont conduit à gauche jusque dans les années 70. Puis le général au pouvoir a eu l’idée de consulter son astrologue qui lui a expliqué que la conduite à droite était meilleure pour son karma. Ni une ni deux, le général exigea que la conduite change de sens dans tout le pays. C’était bien sur sans penser au sens des volants et au fait que la majorité des voitures du pays sont importées de Singapour, où l’on roule à gauche. Pas grave ! Maintenant, les volants peuvent être d’un côté ou de l’autre, ce qui rend très dangereux les dépassements, notamment sur les routes de campagne. Bien joué l’astrologie (et les généraux) !

3 – La capitale officielle du Myanmar est une énorme ville fantôme. Je raconte l’histoire de cette ville dans l’article dédié (ici). Et c’est fou.

4 – Les Birmans de la campagne mangent de la viande, mais ils ne tuent pas d’animaux. Dans le bouddhisme, tuer est un acte sérieux qui nuit grandement au karma. Les Birmans tuent donc rarement les animaux pour se nourrir, préférant les légumes et céréales. Sauf qu’ils en mangent quand même. C’est super rassurant ! En gros, soit la viande vient d’un animal retrouvé mort (hygiène garantie) soit d’un boucher en ville qui accepte de le faire, mais qui n’est pas forcément à côté de là ou on se trouve (ce qui implique un temps de transport important dans des conditions pas top). Il vaut donc mieux éviter la viande à la campagne !

5 – Les Birmans ont un goût très prononcé pour l’or et le kitsch. Il y a des milliers de pagodes dorées dans le pays, même dans les villages les plus reculés. Mais le top, ce sont les statues de Bouddhas entourées de halos représentés par des néons dignes des pires night club des années 2000 (période tecktonik, quoi). Rose, bleu, vert : c’est flashy, ça clignote, ils aiment !

6 – Dans les bus de nuit, il y a des pauses obligatoires vers minuit. Déjà que tous les bus de nuit arrivent entre 3 et 4h du matin (pourquoi ne pas les faire partir plus tard ??), il se trouve en plus que l’hôtesse du bus oblige tous les passagers à sortir lors de la pause légale qui a souvent lieu entre 11h et minuit. Résultat : on passe une demi heure dehors, à moitié endormis, debout, dans le froid. Et on a beau demander à rester dormir dans le bus pendant que les passagers qui le souhaitent vont manger, la réponse est invariablement négative et le bus est fermé ! Autant dire qu’on passe une super nuit…

7 – Les vaches, les cochons et les buffles servent de compte bancaire local. Plutôt que de cacher leurs économies sous le matelas (qu’ils n’ont pas, d’ailleurs, la plupart du temps), les birmans de la campagne qui ont un peu d’argent achètent des animaux. Ça leur permet d’investir dans une jeune bête, de la faire grossir et de la revendre plus cher quelques mois ou années après. Tiens-toi bien, la Caisse d’Epargne !

8 – Il vaut mieux éviter de commander du fromage dans les restos birmans. Enfin, on peut. C’est juste que dans ce cas, on obtient ceci (voir photo). Oui, oui, c’est une tranche de « fromage » industriel à burger coupé en losange et servi avec une cuillère de sucre. Moi je peux pas m’en empêcher, je vois « cheese » marqué sur la carte, je commande. J’étais quand même sceptique, hein, étant donné que la Birmanie n’est pas franchement connue pour ça. Mais finalement, j’étais ravie de manger des petits bouts de pâte industrielle avec un peu de sucre par dessus. Le plat du mois !

9 – Les Birmans crachent du liquide rouge. Au début, on a l’impression qu’ils sont en train de cracher leurs tripes et qu’ils expulsent du sang. Mais non, ce n’est que du bétel, leur chique locale. Ils mâchent ça toute la journée et la majorité en est dépendante. Ceux qui le font ont les dents extrêmement rouges et pourries. Et en prime, ils recrachent la substance sur le sol, laissant derrière eux des grosses taches rouges sur le béton.

10 – Dans certaines échoppes pour touristes, on peut réserver un bus, organiser un trek, changer de l’argent, louer des scooters… et se faire prédire l’avenir. L’important, c’est de diversifier son activité ! Je n’ai aucune idée de la fiabilité de la méthode, mais la réservation de bus s’est bien passée. Donc il n’y a pas de raison que ce ne soit pas pareil pour la prédiction !

11 – Il n’y a pas de pièces de Kyats. Alors ça c’est marrant, on manipule des billets toute la journée, mais on ne fait pas attention à ce détail tant qu’on ne nous le fait pas remarquer. Pourtant c’est vrai : il n’y a aucune pièce disponible dans la monnaie Birmane. Petite info culture pour gagner des camemberts au Trivial Poursuit !

12 – Pour attirer l’attention de quelqu’un, les locaux le/la siffle et font claquer la langue (un peu comme nous quand on appelle nos chiens). J’ai beau savoir que ce n’est qu’une question d’interprétation des sons selon nos différentes cultures, ce bruit ne peut m’empêcher de m’énerver. Mais j’y travaille !

13 – Ce sont les personnes les plus honnêtes que l’on ai rencontrées jusque là. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à le savoir et à en être surpris : on n’arrête pas d’échanger des histoires entre voyageurs sur comment tel serveur est parti rattraper en courant le touriste qui avait payé trop cher son plat par erreur, ou comment ils laissent traîner leurs billets un peu partout sans risquer qu’on leur pique. En ce qui nous concerne, on se souviendra de Max qui oublie son portefeuille avec toutes nos économies (deux fois le salaire moyen mensuel local) dans le bus de nuit et comment le chauffeur est revenu pour le lui rendre avec la totalité de son contenu trois heures plus tard. Il y a pas mal d’explication à ce comportement (la culture, la peur du karma, etc.), mais la plus vraisemblable est certainement que le pays a longtemps été sous le joug d’une dictature très autoritaire et punitive. Dans ces conditions, il vaut mieux se tenir à carreau, surtout face à des touristes. Mais quoi qu’il en soit, c’est un climat très agréable pour voyager. De nuit, dans les bidonvilles, perdus au milieu de nul part : on s’est rarement sentis autant en sécurité qu’ici. Après l’Inde, c’est sur que ça change !



Voilà pour la liste de ce qui nous a surpris/amusé dans ce beau pays. Il y en a encore beaucoup d’autres, mais pour les connaitre le mieux c’est de venir !


Sri Lanka, Inde, Népal, Myanmar, Vietnam et Cambodge… Retrouvez ici le bilan et les anecdotes de nos 6 premiers mois de voyage en Asie !

5 réflexions au sujet de « 13 trucs un peu foufous au Myanmar »

Partagez vos avis et expériences...