La Arthur’s pass : premier arrêt de nos vacances en famille

Après cinq mois passés à travailler, économiser et aménager notre second van sur Christchurch, l’heure des retrouvailles familiales à sonnée !

SOMMAIRE D’ARTICLE


Changement de plan et retrouvailles

Ce qui ne devait être qu’un break dans nos boulots s’est transformé en départ définitif. La vie à Christchurch a eu raison de nous : trois jours avant l’arrivée de la famille de Max, on décidait de démissionner tous les deux. Salaires trop bas et très instables pour l’un comme pour l’autre, rythme de vie oppressant, et surtout, départ imminent des copains… Tout ça ne présageait rien de bon pour notre moral.

Du coup, les vacances en famille signeront la renouveau de nos aventures en Nouvelle-Zélande. Mais avant de se poser la question de ce que l’on fait ensuite, on doit d’abord profiter des vacances.

On retrouve donc le frère de Max, sa mère et son conjoint à l’aéroport. C’est dingue de se dire qu’on les a vu pour la dernière fois il y a plus d’un an, à notre soirée d’aurevoir ! Ça nous semble il y a très peu de temps, et une éternité à la fois. Évidemment le petit frère a grandi, et nous on se sent un peu plus vieux… Vindieu !

Tout pleins de cadeaux, qui nous ont bieeeeeen manqués !

Ils ont loué un van dans une agence pour un mois. Le plan est de voyager sur l’île du Sud tous les cinq pendant un peu plus de deux semaines, puis le petit frère prend l’avion pour rentrer en France, laissant les parents découvrir le nord en amoureux. Étant donné que nos vans et nous même sommes domiciliés sur l’île du Sud, ce plan nous va très bien.

On compte donc faire une boucle au sud de l’île du Sud. Première étape : la Arthur’s pass !


La Arthur’s pass : au cœur des alpes du sud

La Arthur’s pass est une passe située au centre de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande, dans le Canterbury. La zone est reconnue comme parc national et est de ce fait gérer par le Department of Conservation. Une seule route y mène : la route 77, qui passe par le village du même nom et son office du tourisme.

Puisque l’on a deux jours sur place, la dame de l’accueil nous conseille deux balades différentes : la Temple Bassin Track, et la Beatley Spur Track, plus longue et plus montagneuse. On prend le temps de manger au campement de l’office du tourisme, et on s’attaque à la première.


La Temple Bassin Track

Pour ce premier jour de vacances, nous entamons donc la Temple Bassin Track.

Il s’agit d’une promenade aller-retour d’environ deux heures, qui permet de prendre de l’altitude pour observer les montagnes. Nous avons de la chance car la météo est exceptionnelle : le ciel est d’un bleu que seule la Nouvelle-Zélande peut offrir, et le vent est assez doux.

Quant aux paysages… Max et moi les avons attendus et espérés pendant nos soirées parfois tristes de Christchurch… Mais là, il faut bien admettre que le pays tient ses promesses ! Et moi je suis toute contente de sauter dans la neige 🙂


La Beatley Spur Track

Après une soirée et une nuit dans le camping sauvage le plus proche, nous nous lançons dans une seconde randonnée, La Beatley Spur Track. Elle est plus longue et escarpée que la précédente, et il faut d’ailleurs prévoir la journée pour atteindre son sommet et revenir (5h30 de marche au total).

La rando se découpe en trois étapes.

La première partie nous fait passer à travers une forêt, jusqu’à une grande plaine. Encore une fois, on profite d’un temps très clément.

Après une heure de marche plutôt facile, nous arrivons au premier point de vue. En effet, on peut voir ici toute la vallée et les montagnes et rivières environnantes.

Après une courte pause, on reprend la marche. Cette fois, le dénivelé est plus élevé. Mais à présent, on a une vue continue sur les montagnes, qui nous encerclent. On grimpe de plus en plus.

L’étape nous amène à un petit gite, qui n’a plus l’air en activité mais a dû servir de point de chute pour les randonneurs de plusieurs jours.

Après une petit pause bien méritée, nous voici partis pour la dernière étape de l’ascension. Mais même si la faim commence à se faire sentir, cette dernière partie n’est pas la plus simple. En regardant la montagne a gravir d’en bas, je me décourage un peu. Mais bon, un sandwich au comté français m’attend à l’arrivée, alors ça motive !

Une fois en haut, je profite de mon sandwich et de la vue. Au final, les dernières centaines de mètres n’apportent pas grand chose à la vue. On est déjà suffisamment haut pour voir les environs. Mais au moins, on peut jouer dans la neige (oui, j’ai huit ans dans ma tête) !

Après une bonne heure de pause, il est temps de repartir. La descente fait jouer les mollets. Une heure et demi plus tard, Lucas, Max et moi arrivons en bas, avec de beaux coups de soleil et une envie dingue d’un bon soda frais !


Cette première étape à la Arthur’s pass nous a permis de confirmer ce que tout le monde nous disait : oui, la Nouvelle-Zélande en dehors de Christchurch, c’est vraiment beau. Et désert, aussi. Tout le long de notre périple, je serais surprise du peu d’habitants croisés. Ceci couplé aux magnifiques paysages et à la lumière rasante permanente créé une ambiance spéciale, peut être unique en son genre. Mais aussi un peu triste, trop vide pour moi…

Quoiqu’il en soit, après deux jours dans la région, nous reprenons le volant de nos bolides, prêts à gravir les montagnes néo zélandaises sous tumultes et fracas (ceci est une blague). Direction : le glacier Fox !

3 réflexions au sujet de « La Arthur’s pass : premier arrêt de nos vacances en famille »

Une remarque ? Un commentaire ? Une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.