Petite virée au Mont Saint-Michel

Le Mont Saint-Michel

On est en juillet, il fait enfin chaud et beau sur Paris. Oui, mais on a encore 5 semaines a attendre (pardon : travailler) pour s’envoler enfin vers la Scandinavie, voyage que nous préparons depuis de longs mois. Que faire en attendant ? Et si, au lieu de s’intéresser perpétuellement à tous les pays que nous pourrions visiter un jour, nous faisions une petite pause pour se balader dans les lieux mythiques de notre jolie contrée ? D’office, l’idée s’impose : le Mont Saint-Michel.

Nous avons toujours voulu le voir, sans mettre pour autant les choses en place pour que cela se réalise. Une rapide vérification de la distance sur Google Map, et hop ! Destination adoptée (notre vie est quand même simple et magnifique quand on y pense) !

SOMMAIRE D’ARTICLE

Une nuit en bivouac en Normandie

Nous partons donc le vendredi après-midi, grâce à la voiture prêtée par Thomas. Big up à lui d’ailleurs, c’est adorable ! Comme quoi, il faut toujours aider les copains dans leurs déménagement, après on peut avoir besoin d’eux :p

On décide de faire la route en début de soirée et de se trouver un coin pour tenter notre premier camping sauvage français. Et quel coin ! Notre récit > ici.

Visite du Mont Saint-Michel

Le lendemain matin, nous partons tôt (oui, la campagne c’est très gentil mais les oiseaux ne connaissent pas le concept de la grasse matinée) et nous arrivons au parking du Mont Saint-Michel. Nous avons garé la voiture dans le parking dédié pour la modique *rire gras* somme de 12 euros. Après-coup, on se dit que si c’était à refaire on se contenterait de la garer dans n’importe quel parking des environs pour rejoindre la navette gratuite à pied. C’est un bon conseil à donner je pense !

Nous montons ensuite dans la navette qui nous emmène au pied du Mont Saint-Michel et commençons l’ascension des premières marches.

Nous avons flâné un peu dans les rues, et avons profité du fait qu’il soit encore tôt pour éviter la foule de touriste et faire la visite de l’abbaye du Mont. Etant ressortissant de l’Union Européenne de moins 26 ans, les billets étaient gratuits pour nous, mais nous avons quand même pris deux audio-guides (6 euros les deux) qui nous semblent toujours nécessaires pour comprendre un peu le lieu dans lequel on est. La visite était intéressante, on voit bien l’évolution de l’Abbaye, ses différents démolitions/reconstructions/développements et on imagine la vie des moines. L’abbaye n’est cependant clairement pas la plus impressionnante qui existe en France, mais la vue par contre est incroyable.

Intérieur du Mont Saint-Michel

Balade sur la plage

Nous y étions à une période de marée basse. Le système de marée est bizarre, puisque la mer monte tous les 15 jours. Le reste du temps, le sable est complètement humide et boueux. J’en ai fait les frais, en assurant à Max que « si, je peux tenir sur ce sable humide ». Il m’a rattrapé d’une main, mais je me suis quand même enfoncée jusqu’à la cheville (avec mes baskets toutes neuves, sniff…).

Du coup, des excursions proposent à des groupes de touristes de faire le trajet du Mont vers la baie pieds nus, en marchant dans le sable. C’est assez drôle à voir d’en haut de l’Abbaye, et si nous avions eu d’autres chaussures (et un moyen de se doucher après) nous aurions bien tenté le coup aussi !

En tous cas, nous ressortons de la visite et en profitons pour manger des galettes bretonnes et acheter quelques caramels au beurre salé. Les prix sont touristiques, mais venant de Paris nous ne sommes pas trop choqués par les montants.

Nous nous baladons encore sur les différents remparts et puis décidons de faire le chemin du retour.

Comme il fait grand beau, pas question de prendre la navette. Nous sommes retournés du Mont au parking à pied, ce qui n’a pas été très long (peut-être 40 minutes ?). Suffisamment pour que nous brûlions un peu au soleil, mais après la pluie des derniers mois c’était avec plaisir.

Arrêt à Granville

Finalement, il est bien plus tôt que prévu quand nous arrivons à la voiture. Nous n’avions jamais imaginé le Mont si petit, bizarrement. Du coup on change nos plans et on décide de se rendre à Granville, qui est à une heure de route, côté mer. Encore une fois, nous avons une chance folle, puisqu’au détour d’une rue empruntée au hasard, nous tombons sur un bout de plage très agréable. Nous n’avons pas de maillot, alors on se trempe jusqu’aux genoux dans une mer toute chaude. Ahhhh, dur de revenir au travail parisien après ça…

Rue de Granville
road trip Mont Saint-Michel

Nous en profitons pour le reste de la journée et décidons de faire le trajet du retour pour éviter les bouchons du dimanche de fin-de-pont.

C’était un super week-end, tout ensoleillé ! A part le manque de nos maillots de bain et mon matelas de qualité toute pourrie, c’était vraiment parfait. Et la Bretagne/Normandie, c’est vraiment beau, côté mer comme côté terre !

Une remarque ? Un commentaire ? Une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.