Cat Ba, l’alternative à la classique croisière sur la baie d’Ha Long

Après notre boucle dans les montagnes Vietnamiennes, Max et moi nous rendons à Ha Long.

SOMMAIRE D’ARTICLE


Mong Cai, ce sera pour une autre fois

Notre plan était pourtant de rejoindre Mong Cai, une ville Vietnamienne à cheval sur la frontière Chinoise. Nous étions intrigués par la proximité avec la Chine. Malheureusement, après deux heures de route, nous nous faisons refouler par un garde-frontière. Nous sommes pourtant toujours au Vietnam, mais sans que l’on comprenne pourquoi, il refuse de nous laisser aller plus loin et nous indique de faire demi-tour. On peut toujours rejoindre la ville via la route principale, mais cela nous demande un détour de plusieurs heures.

Bref, nous abandonnons l’idée et roulons finalement jusqu’à Ha Long.


Ha Long, la ville

Ha Long est une ville, mais c’est surtout le nom de la baie qui l’entoure. Réputée pour ses milliers de pics karstiques qui sortent de l’eau, il s’agit de l’attraction touristique numéro 1 du Vietnam. Les visiteurs viennent du monde entier pour venir faire une croisière sur la baie.

Évidemment, l’idée de faire une croisière ne nous effleure même pas. Mais après échange avec Névine et Jean (qui se trouvent alors à une journée de route derrière nous), on décide de passer une nuit dans la ville d’Ha Long et de se rejoindre le lendemain pour aller sur l’île de Cat Ba.


Cat Ba, l’alternative économique à la baie d’Ha Long

La baie d’Ha Long a beau être la plus connue, elle est de fait très chère à visiter, polluée et bondée. Les backpackers choisissent donc souvent de se tourner vers Cat Ba, une île située à une heure de bateau de la ville d’Ha Long et qui offre les mêmes panoramas de pics karstiques.

Après une nuit à Ha Long, Max et moi retrouvons donc Jean et Névine sur le quai pour prendre un ferry. On embarque avec nos motos et on admire le paysage en se racontant nos anecdotes des derniers jours.

Une fois arrivés, il nous faut encore rouler une trentaine de minutes pour rejoindre la ville de Cat Ba, mini capitale de l’île. Nous avions réservé des lits dans un dortoir à l’avance et nous arrivons dans une guesthouse agréable un peu reculée de l’activité touristique.


Tour à bateau sur la baie

Le lendemain, après une matinée ultra fun pendant laquelle on bosse tous sur nos CV, on décide d’aller faire un tour en bateau sur la baie.

Max et Jean négocient (un peu trop facilement) un tour de 3 heures pour 350 000 dong. Bon, en fait ce sera plutôt une heure et quelques de bateau et une heure sur l’île aux singes, mais à quatre ça reste abordable.

Nous partons donc l’après-midi et visitons la baie. Il n’y a pas tant de monde que ça, comparé aux photos de la baie d’Ha Long que l’on trouve sur Google. La balade est agréable en tous cas. Et le soleil nous suit plus ou moins, donc rien à redire.

Côté paysage, je vais sonner comme une rabat-joie, mais je trouve les décors clairement surcotés. Certes, les pics sont magnifiques. Mais en deux mois de voyage au Vietnam j’ai vu des paysages vraiment grandioses. Sa Pa, Ha Giang ou même des montagnes rencontrées au hasard n’ayant aucune fonction touristique… Alors, en tant qu’attraction touristique n°1, je m’attendais vraiment à plus que ça de la part de Ha Long.


Arrêt sur l’île aux singes

Au bout d’une heure, notre capitaine nous dépose sur l’île aux singes. Bon, l’endroit ne m’a pas franchement transcendée mais ça restait une pause sympa. En gros, il y a quelques centaines de mètres de plage accessible, bordés par des restaurants et des touristes.

Au bout de l’île, il y a un passage escarpé qui permet de grimper pour admirer la vue d’en haut. Max et Jean décident d’y aller et Névine et moi restons en bas.

Pendant ce temps, nous discutons sans lâcher les singes des yeux.

Parce que oui, l’île aux singes s’appelle bien comme ça parce qu’elle est habitée par des singes. Mais comme dans tout endroit touristique, ceux-ci sont virulents et potentiellement agressifs. Pendant qu’on discute toutes les deux, des kékés Australiens décident d’ignorer les gros panneaux « ne pas nourrir les singes » et de leur donner à manger pour les attirer sur leurs épaules et prendre des selfies. COMMENT CA POUVAIT-IL MAL SE PASSER ?

Les Australiens ont fini par se lasser des photos et ont voulu partir. Mais les singes n’étaient clairement pas de cet avis et ont commencés à être menaçants. Le mec qui tenait la nourriture s’est donc fait menacer de plus en plus, à tel point qu’il a fini par se faire mordre et s’est jeté à l’eau (avec son appareil photo à 1000 balles) pour éviter une nouvelle agression. Le groupe a donc du partir en courant à l’autre bout de la plage pour que les singes lâchent enfin l’affaire. J’espère que son selfie débile valait bien un traitement d’urgence contre la rage et un appareil photo de cinq fois le SMIC local…


Barbecue à la Vietnamienne (ou presque…)

Le lendemain, nous ne faisons pas grand chose (de touristique). On a tous pas mal de boulot (CV, recherches de postes, révision du code…) et on reste à la guesthouse pour avancer un peu.

Dans l’après-midi, on décide d’utiliser le barbecue que l’on a repéré dans le jardin de la guesthouse. Le propriétaire nous aide à trouver du charbon, puis on se rend au marché pour acheter de quoi manger. C’est une aventure en soi ! On en ressort armés de lamelles de bœuf, de pommes de terre, de poivrons, de calamars et d’un ananas.

cat ba baie halong

De retour à la guesthouse, on commence à s’affairer. Notre histoire de barbecue donne des idées à des touristes Vietnamiens qui dorment aussi dans la guesthouse. Mais on n’a clairement pas le même niveau… Eux ils reviennent du marché avec… de l’alcool de riz et un poulet vivant. A la Vietnamienne quoi !

Le temps que l’on arrive à allumer le feu (de façon sécurisée), ils ont eu le temps de tuer, plumer et cuire leur poulet. En même temps, ils n’y allaient clairement pas de main morte. La bête était littéralement enduite d’alcool et le barbecue arrosé de produits inflammables. Et pour que ça cuise plus vite, le poulet était écrasé entre deux grilles et collé contre les flammes. C’est peut-être plus rapide que notre méthode, mais alors question goût et cancer, ça se pose là !

En tous cas, notre barbecue était une vraie réussite. Il ne manquait que le camembert ! La soirée est tout de même interrompue par le père du gérant qui a décidé d’éteindre toutes les lumières extérieures à 22h, histoire de nous forcer à aller nous coucher. Ça marche pour les jeunes Vietnamiens, mais en ce qui nous concerne, c’est mal nous connaitre !


Départ de l’île et retour à Hanoï

Le lendemain, nous hésitons à rester un jour de plus sur l’île (pour aller au parc national notamment). Mais une proposition d’achat de notre moto nous fait changer d’avis. Et comme Jean et Névine veulent eux aussi se rendre à Hanoï, on décide finalement de quitter l’île au bout de trois jours.

Après un passage mécano pour une roue crevée sur la moto de Jean, nous traversons l’île pour nous rendre au port de Cai Vieng. La traversée est ici beaucoup moins coûteuse et surtout plus rapide que celle de Tuan Chau. En 30 minutes (et 32 000 dongs pour deux + une moto) nous étions sur le continent.

Notre découverte de Cat Ba fut donc assez courte, mais plutôt plaisante. C’est une bonne alternative « backpacker » pour la baie d’Ha Long. En revanche, je dirais qu’il faut éviter de dormir dans la ville même, qui ressemble à une petite ville touristique du sud de la France (ce n’est pas une critique, mais bon, c’est quand même un peu dommage quand on veut découvrir le Vietnam).

A lire sur le sujet :

« L’ile de Cat Ba: la baie d’halong sans les touristes » (Novo-Monde)
« Visiter Cat ba : Ha Long Bay » (Virée Malin)
« L’île tranquille de Cat Ba » (Les gros sacs)

cat ba baie d'halong

Ce dernier trajet signifie pour nous la fin de notre voyage au Vietnam, ainsi que de notre road trip à moto en Asie du Sud-est. Il nous reste une semaine à passer à Hanoï pour vendre la moto, mettre ce blog à jour et nous préparer pour la suite de notre périple (à savoir la Malaisie en solo pour moi et l’achat d’un van en Nouvelle-Zélande pour Max). A suivre !

2 réflexions au sujet de « Cat Ba, l’alternative à la classique croisière sur la baie d’Ha Long »

Une remarque ? Un commentaire ? Une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.