Manger au Vietnam : la gastronomie à l’Asiatique

Manger au Vietnam

Le Vietnam fait parti des pays où l’on est contents de manger. Et ça c’est hyper important, surtout dans un voyage au long court ! La nourriture y est variée, même lorsque l’on ne fréquente que les resto de route locaux. Bon, elle reste majoritairement composée de riz (en grains ou en nouilles), mais elle est délicate et parfumée. Personnellement j’ai adoré.

SOMMAIRE D’ARTICLE

Il est dur de faire un résumé de ce que l’on peut trouver au Vietnam parce qu’il y a de tout (y compris des plats occidentaux dans les grandes villes). Je listerai ici les plats spécifiques au pays (et non les classiques riz frits asiatiques, par exemple). Voici donc les principaux plats que l’on peut manger au Vietnam !


Le Cơm tấm

C’est le plat que l’on mangeait environ 80% du temps lors de notre mois dans le sud du pays, mais beaucoup moins dans le nord. Il s’agit d’une assiette de brisures de riz servie avec de la viande (souvent du porc, parfois du bœuf, soit grillé soit rôti), un bol de bouillon de légumes et différent accompagnements (une petite omelette, des tranches de concombres ou de carottes, un morceau de pâté…).

Com Tam Vietnamien

Com Tam Vietnamien

Le plat est également accompagné d’une sauce nuoc nam sucrée (trop bonne) ainsi qu’un pichet de thé vert glacé. C’est donc un plat complet et vraiment abordable puisqu’il coûte normalement entre 25 000 et 40 000 VND (soit moins d’un euro cinquante).

Mon préféré parmi tous ceux que j’ai mangé c’est celui que j’ai goûté à Can Tho. Le riz était servi avec des ribs grillées au barbecue qui sentait bon dans toute la rue. On y est allé au moins trois fois, mais on a arrêté parce que le patron n’était pas très sympathique et qu’il nous augmentait le prix à chaque repas, subtilement. Mouais.

Com Tam Vietnamien

En tous cas, c’est le plat le plus courant et le plus facile à trouver, et celui qui cale le plus. Malheureusement, il est beaucoup plus rare dans le nord du pays, puisque c’est une spécialité du Sud…


Les pho

Plat emblématique du Vietnam, les pho (prononcer « feuu ») sont disponibles absolument partout et à toute heure.

Pho

Il s’agit d’un bol de bouillon avec des nouilles de riz, accompagné de beaucoup de coriandre, de persil et d’une viande au choix. Même si ce n’est pas mon plat préféré de tous les temps, c’est quand même excellent. Et c’est au Vietnam que l’on mange les meilleurs (je te juge, Laos !).


Les bun (bo/cha/rieu…)

Les buns sont des soupes de vermicelles de riz accompagnées de viande. La version « bo » est au bœuf et celle au « cha » est au porc (ce sont juste le nom des animaux et donc de la viande).

Bun cha

On nous sert d’abord un bol de bouillon très parfumé, puis une assiette d’herbe aromatique, des bouts de piments rouges pour épicer le bouillon comme on le souhaite et ensuite une assiette de nouilles de riz très fines préalablement coupées aux ciseaux. Une assiette de viande grillée est apportée ensuite.

Il s’agit donc de faire passer tous les ingrédients par le bol de bouillon avant de les manger. C’est souvent très bon et également très abordable (30 000 Dong en moyenne). À noter que l’on n’a pas souvent le choix dans le viande, puisque les resto en préparent une seule à la fois.

Attention néanmoins à la version « Rieu » ! Ca signifie « abats »… J’ai essayé mais vraiment, c’est trop fort pour moi.

Bun rieu


Chả lá lốt (feuilles de bétel fourrées au porc)

Encore une spécialité du Sud du pays (en tous cas je n’en ai pas vu au nord), le Chả lá lốt ressemblent en apparence à des feuilles de vignes grecques. Et pour cause : ce sont des feuilles de bétel (la plante que les Birmans chiquent tout le temps) fourrées avec du porc et trempées dans du bouillon.

C’est un plat un peu plus élaboré, que l’on ne trouve pas sur le pouce dans la rue. Dans le sud du pays, les restaurants pour touristes peuvent en proposer. Ça vaut le coup d’essayer en tous cas, parce que c’est super bon.

Cha La lat
Bun Cha et nem servis avec des rouleaux de feuilles de bétel


Lẩu, la fondue Vietnamienne

En Asie, beaucoup de pays proposent des fondues locales très différentes de celles que l’on a chez nous. Il y en a au Cambodge et au Laos également, mais c’est au Vietnam que l’on en trouve partout. J’en ai goûté un lorsque nous étions avec Jean et Névine, et c’était terrible !

Le principe est le même que pour une fondue bourguignonne, sauf que ce n’est pas de l’huile qui boue au centre de la table mais un bouillon de viande bien parfumé. On nous apporte des nouilles, des légumes, des champignons, du tofu et selon la version, de la viande, des fruits de mer ou les deux. Inutile de dire qu’on n’en ressort pas en ayant faim !

Fondue vietnamienne

Le lẩu est un plat de fête, et donc assez cher. Ce n’est pas ce qui compose l’alimentation quotidienne des voyageurs (ou des locaux), mais c’est vraiment à essayer. D’autant que pour les étrangers ça reste tout de même bien abordable (on a payé 500 000 dongs pour quatre, soit 18 euros). A faire si on se rend dans le nord du Vietnam !


Les bánh mi

Parfait pour un repas sur le pouce ou pour meubler l’estomac en attendant un repas plus conséquent, les Banh mi sont des petits sandwichs que l’on trouve absolument partout.

Reste de la colonisation, il s’agit d’une vraie baguette (pas aussi bonne qu’en France quand même, mais ça fait très bien le job) garnie parfois de viande, de saucisses, d’herbes aromatiques, de vache-qui-riz, de pâté et de légumes. Chaque Banh mi diffère un peu. Il faut en essayer un pour savoir si on y retourne.

banh mi

Compter 10 000 à 15 000 dong (0,35 – 0,55 cts d’euro) hors des endroits touristiques.


Les bánh bao

Les Banh Bao sont des brioches d’origine Chinoise que l’on trouve souvent en Asie du sud-est. Ce sont des brioches cuites à la vapeur, fourrées avec du bœuf haché, des herbes et des œufs de caille.

Perso j’adore ça, en arrivant au Vietnam j’en mangeais tout le temps ! Je me suis lassée depuis, quand même. Mais j’en cuisinais parfois en France donc j’étais contente d’en goûter des « vraies ».

bao

Pour en trouver, il faut regarder les stands en fer qui contiennent des boules de pâte blanche. Ce sont des fours à vapeur, qui cuisent les bao en continu. Attention tout de même aux mauvaises surprises du genre « oups, on m’en a vendu un qui n’a pas fini de cuire et est encore congelé à l’intérieur ». Ça m’est arrivé quelques fois, mais dans ce cas il ne faut vraiment pas insister et le jeter. Manger de la viande crue et congelée en Asie, c’est un peu suicidaire. Si vous ne savez pas pourquoi, regardez cette photo :

scooters et cochons


Les bánh Căn

Nous avons mangé des bánh Căn lors de notre passage dans le sud. Ce sont de mini pancakes cuits avec des crevettes et des herbes dans un moule spécial. Ils sont servis dans la soirée et beaucoup de Vietnamiens viennent prendre des piles de pancakes à emporter pour manger chez eux.

C’est super bon et original, surtout quand ils viennent juste d’être cuits et sont tout chauds. Je n’en ai pas vus dans le nord en revanche…


Les bánh xeo

Dans le sud, nous avons également pu manger des banh xeo. Ce sont des fines crêpes de tapioca croustillantes garnies de crevettes, émincé de bœufs et différentes sauces. Parfait en apéro !

banh xeo


Les rouleaux d’été (summer rolls)

Les stands de rue Vietnamiens sont très variés. On trouve des banh mi, des pho, mais parfois aussi des plats plus originaux comme des rouleaux d’été.

Ce sont des versions plus légères que les nems ou les rouleaux de printemps. Ils sont garnis d’une grosse crevette (dont la queue dépasse) et de beaucoup d’herbes aromatiques. On nous donne également une sauce pour les tremper.

Summer rolls

Personnellement je n’aime pas ça. Il y a beaucoup trop de coriandre et je ne suis pas fan de la crevette. Mais Max aime bien, alors objectivement je conseillerai de goûter !


Les nems (Spring rolls)

Je sais que les rouleaux de printemps ce n’est pas la même chose que des nems. Mais au Vietnam quand on commande des springs rolls, ce sont des nems que l’on reçoit.

On en trouve souvent en accompagnement des buns (voir plus haut). Ils sont de qualité variable, mais en apéro c’est toujours cool.

Nems Vietnamiens


Le trà đá (thé vert glacé)

Dans le sud du pays (et parfois dans certains restos du nord), on nous sert des pichets de thé vert glacé en accompagnement des plats. Ce thé est tout doux et particulièrement parfumé, et même si je ne suis pas une grande fan du thé vert habituellement, celui-ci passe toujours très bien !

Thé vert glacé vietnamien


Les milk tea (Trà sữa)

Dans les villes, on trouve beaucoup d’enseignes un peu classes (et chères) qui vendent des boissons au thé. C’est un peu l’équivalent de Starbuck pour le thé. Mes préférés sont les bubble tea au caramel (thé au lait aromatisé au caramel servi avec des perles de tapioca). J’en buvais souvent parce que c’est mon petit péché mignon (même si Max râle parce que c’est cher et bourré de sucre. GENRE). On en trouve parfois aussi dans des stands locaux bien moins chers.

Tra sua


Le nước mía

Mais ce que boivent les locaux quand il fait bien chaud, c’est surtout du jus de canne à sucre. Comme dans les pays voisins, on trouve des petits stands en fer un peu partout qui proposent de nous broyer quelques cannes pour en extraire le jus. Souvent, ils vont également ajouter le jus de quelques clémentines vertes, pour ajouter un peu d’acidité. C’est très sucré, mais perso j’adore. C’était super de siroter ça à l’arrière de la moto pendant les journée de trajet sous la chaleur !

Jus de canne


Le café

Tout comme le Cambodge et le Laos, le Vietnam est réputé pour son café. J’avais aimé celui des deux autres pays, mais le café Vietnamien reste pour moi le meilleur. Culturellement, il est bu avec du lait concentré sucré déposé au fond du verre. Les serveurs placent ensuite la machine à café locale (voir la photo ci-dessous) au dessus du verre et il ne nous reste plus qu’à attendre que le café goutte avant de le boire. Normalement, on nous apporte également un verre avec des glaçons que l’on peut mettre dans le café une fois celui-ci infusé. Mais si vous voulez le boire chaud, le verre de café sera lui-même placé dans un verre plus grand rempli d’eau chaude, histoire qu’il ne refroidisse pas pendant le procédé. En tous cas il vaut vraiment le tester lors d’un voyage dans le pays !


Sâm lạnh

J’ai eu beaucoup de mal à trouver le nom de cette boisson, que j’ai vraiment adoré. C’est dans les restaurants de route que je voyais des Vietnamiens en boire, et son aspect caramélisé m’intriguait. En montrant du doigt les verres de nos voisins, on en a commandé à notre tour. Sur internet, j’ai trouvé qu’il s’agit d’un mélange de ginseng, canne à sucre et pandan cuits. Ça ne vous donne pas une idée du goût que ça a, mais j’ai trouvé que ça ressemblait à du réglisse et du sucre de canne. En tous cas, j’ai vraiment aimé, donc si vous tombez dessus, c’est à tenter !

sam lanh


Les bières

Il y a trois marques de bières très connues au Vietnam : la Hueda, la Hanoï et la Saïgon. Pour moi elles ont toutes le même goût de bière industrielle.

Les Vietnamiens en consomment beaucoup, et selon la même méthodes que leurs voisins Cambodgiens ou Laotiens : ils boivent beaucoup et vite. Heureusement, ils mettent beaucoup de glaçons dans leurs pintes, ce qui permet de diluer un peu l’alcool. Mais encore une fois, il n’y a pas (ou très peu) de « casual drinking » (savourer simplement un verre d’alcool sans vouloir se déchirer la tête) en Asie du Sud-est.


La gastronomie au Vietnam, toute une affaire !

S’y retrouver…

Il peut être assez compliqué de se repérer au milieu des différents plats lorsque l’on arrive dans le pays. On a la chance d’être capable de lire l’alphabet local (ce qui est quand même extrêmement pratique), mais au début on se sent assez perdus. Ceci est dû au fait qu’il n’existe pas vraiment de noms de plats mais plutôt un ensemble de mots qui décrivent ce que l’on va manger (soupe, riz, poulet, bœuf, pain…). Il faut donc un moment pour comprendre la signification des différents mots clés et savoir ce que l’on commande. On peut ainsi retenir par exemple que « cơm » signifie « riz », « bò » signifie « bœuf » et « gà », « poulet ». Le mot « banh » est également très important, mais n’a pas de traduction réelle dans notre langue. Il désigne toutes les préparations à base de farine : les pains, crêpes, gâteaux, pâtes, brioches… Du coup on le voit partout.

Comment on mange ?

Il est à noter que l’on mange autant avec des fourchettes qu’avec des cuillères et des baguettes. En effet, les Vietnamiens se servent des cuillères pour la soupe, des baguettes pour les nouilles et de la fourchette pour le riz (même si c’est plus rare). Bah oui, c’est quand même plus simple et plus logique, et la période « colonisation » a dû jouer sur les habitudes alimentaires.

Les Vietnamiens ont l’habitude d’accompagner leurs plats avec des herbes aromatiques. On nous sert donc souvent une assiette de coriandre, menthe, du basilic et pousses de bambous. Perso j’ai eu beaucoup de mal avec la coriandre (que je DÉTESTE), mais le reste apporte vraiment de la saveur aux plats.

soupe Vietnamienne

Une alimentation marquée par la colonisation

Côté impacts de la colonisation, on peut d’ailleurs s’amuser de voir des mots tels que « ca phè » (café), « socola » (chocolat) ou « kem » (crème), qui sont tout simplement nos mots à nous prononcés avec l’accent Vietnamien et écrits comme tels. Le fait que les Vietnamiens mangent des baguettes de pain avec du pâté et boivent beaucoup de café est aussi lié à cette période de l’histoire du pays. Et pour nous, c’est quand même bien agréable (surtout le café, qui est clairement une tuerie).


Le Vietnam est donc le seul pays, pour l’instant, dont la nourriture ne m’a pas lassée au bout de deux mois. Même en Inde, qui m’a pourtant le plus marquée culinairement parlant, j’ai été plus rapidement blasée. Donc si tous mes articles sur les Vietnam ne vous ont pas encore convaincus, sachez que les plats locaux sont une autre bonne raison de découvrir ce pays !

3 réflexions au sujet de « Manger au Vietnam : la gastronomie à l’Asiatique »

Une remarque ? Un commentaire ? Une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.