18 choses que le voyage m’aura appris en 2018

« Tu devrais faire des articles putaclic », m’a suggéré Zac, notre compagnon de route de Nouvelle-Zélande, tout en me regardant écrire sur ce blog. « On s’en fout des textes, nous ce qu’on veut c’est du flouzzzz, des meuuuuufs, de la faaaaaame ! »

« Bah ouais, t’as pas tord, après tout ! », lui ai-je répondu, « Je peux écrire un article du genre : « Top 10 des musiques à écouter dans un verger en Nouvelle-Zélande pendant que tu élagues des pommiers pour un SMIC local ». Ou : « 18 endroits qu’il fallait voir en 2018, mais, tant pis pour toi mec, maintenant c’est has been ». »

« Ça, c’est sur que ça marcherait ! »

En voilà une merveilleuse idée !

Voulant marquer la fin de l’année 2018, me voilà donc à cogiter sur une liste de 18 points. Parce que bon, si le format de ce genre d’articles pullule sur les blogs de voyage, moi j’aime bien faire des listes… Je ne suis plus à une incohérence près ! En avant première mondiale, voici donc ma liste perso des 18 trucs que le voyage m’aura appris en 2018.

1. Prendre des douches tous les jours, c’est inutile et contre-productif

Oui, si on dit ça à un citadin, il nous prend pour des gros grados. Mais c’est pourtant vrai : l’hygiène extrême des sociétés modernes n’est pas bonne pour le corps. Les microbes s’auto-régulent, en réalité. Paradoxalement, espacer les douches nous fait sentir bon. Testé et approuvé !


2. Une voiture peut devenir la plus précieuse des maisons

Après 10 mois à ne vivre qu’avec un sac à dos, avoir un van est un luxe incroyable !


3. Le ciel de Nouvelle-Zélande est envoûtant

Pas toujours d’un bleu Azure de carte postale, mais toujours remarquable.

4. Le permis, c’est définitivement pas mon truc…

Mais j’ai appris à conduire, ce que je ne croyais pas faire un jour.


5. Quand les produits de chez soi manquent trop, on peut LITTÉRALEMENT rêver de nourriture la nuit


6. Pas après pas, on gravit des montagnes

Littérales et philosophiques.


7. Être loin donne parfois l’impression d’abandonner sa famille dans les moments durs


8. Un canapé, une play et un frangin, c’est quand même irremplaçable…


9. Les envies changent, alors ça ne sert à rien de tout prévoir

Yolo, comme disent les anciens cool.


10. Le monde ressemble parfois à un Disneyland géant

Surtout en Asie du Sud-est et en Océanie !

11. Boire une bière avec les copains après 10h de boulot épuisant et rébarbatif, c’est le pied ultime

Approuvé par la convention de Genève.


12. La couche d’Ozone, c’est plutôt pratique en fait

J’ai pour preuves les violent coups de soleil attrapés sous des ciels pourtant plus que nuageux ici…


13. Je ne suis pas de celles qui aiment voyager seules

Même si j’adorerai que ce soit le cas et que j’admire vraiment les gens qui le font.


14. On vit un pays très différemment selon ce qu’on nous en a dit avant de venir

Ça peut même changer tout notre ressenti, à vrai dire.

15. J’ai le meilleur compagnon de route (et de vie) du monde.

ACTING NATURAL

J’avoue je triche un peu, ça je le savais avant ! Mais c’est toujours bon de le rappeler 😀


16. À l’étranger, on veut tous se sentir différents

Les voyageurs VS les touristes, les expats VS les backpackers… On se valorise parfois en rabaissant les autres, alors qu’on ne cherche simplement pas la même chose.


17. Voyager, ça rend balèze au Trivial Poursuit.

Ça ne change rien au Monopoly, par contre…

18. Fêter Noël sous 35 degrés, c’est quand même pas pareil.


Alors, elle valait pas le coup cette année ? Cela dit, heureusement que l’on n’est plus en 1996, parce que l’exercice aurait été autrement plus dur, et l’article plus long.

Sur ce je souhaite une bonne année 2019 à tous ! 🙂

Une réflexion au sujet de « 18 choses que le voyage m’aura appris en 2018 »

Une remarque ? Un commentaire ? Une question ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.