Visite de Cali, mes premiers pas en Colombie

caliAu total, j’aurai passé 4 jours à Cali, à différents moments de mon voyage. C’est dans cette ville, la troisième plus grande de Colombie (2 million d’habitants), que vit Nath (qui m’a accueillie et fait visité : big up!).

C’était aussi ma première ville en Colombie, et même sur le continent. Et au début, ça m’a quand même un peu déstabilisée. Quand on arrive dans un nouveau pays culturellement différent du nôtre, on ne sait jamais trop ce que l’on peut faire ou pas, on regarde partout, on a l’air d’un petit chat abandonné (ok, ça c’est peut-être que moi). Mais ça s’est bien passé, bien sûr !

Cali est réputée pour être la ville de la Salsa. Il y a des cours un peu partout. Bon, moi je ne danse pas (jamais !), mais je sais que les voyageurs que j’ai croisé voulaient tous prendre des cours dans le coin (qui sont quand même assez chers, apparemment). Moi j’ai surtout apprécié les peintures sur les murs et les maisons colorées. Par contre, la ville est toute en pente, et il y fait très chaud. De quoi se faire les mollets rapidement, et apprécier à sa juste valeur la douche du soir !

J’ai visité des parcs de la ville (notamment celui qui entoure la Chapelle Saint-Antoine et qui donne une très jolie vue en hauteur sur la ville), puis j’ai croisé une australienne (qui a vite repéré mon attitude de touriste perdue) et nous avons visité le centre-ville ensemble. Des gens partout, des vendeurs de tout et de rien, beaucoup de bruit… c’était différent du reste de la ville. Nous sommes passées devant la rivière et l’église baroque de Cali, La Ermita.

A ma seconde venue, je me suis baladé dans un des marchés de la ville (mais beaucoup d’échoppes étaient fermées). On y trouvait beaucoup de fruits, d’épices, et des objets en tout genre (de l’encens, des assiettes, des cristaux…). 

L’après-midi, je suis partie faire un tour sur le MIO Cable. Il s’agit d’un téléphérique qui relie les quartiers plutôt riches de Cali aux favelas. Je ne suis pas descendue du téléphérique et j’ai fait un tour complet. Ça permet de voir la ville de hauteur, et notamment les quartiers dans lesquels on ne va jamais (parce qu’ils sont dangereux et qu’il n’y a de toutes façons rien à y faire…). On réalise une fois là-haut les inégalités flagrantes du pays : les maisons sont ici faites de tôles et de briques, et sont parfois à moitié détruites. Il n’y a pas toujours de chemin d’ailleurs.

Ce câble a été construit en 2015 pour réduire les inégalités en donnant aux familles pauvres un moyen d’accès facile au centre-ville et à la gare routière. Je ne sais pas si les résultats sont ceux escomptés… Un trajet coûte environ 3 euros, il me semble, ce qui n’est pas rien, surtout pour les personnes concernées…

Cali n’est pas réputée pour être un must-see touristique, mais c’était une bonne entrée en matière et j’ai appris à me balader dans les rues.

Après ma première venue à Cali, j’ai pris un bus de nuit avec Nath et Kendra. Destination : le parc naturel d’Otun Quimbaya !

Une réflexion au sujet de « Visite de Cali, mes premiers pas en Colombie »

Partagez vos avis et expériences...