Rendez-vous (presque) manqué avec la région montagneuse du Sri Lanka

montagneLe moins que l’on puisse dire, c’est que notre découverte des montagnes Sri Lankaise ne s’est pas passé du mieux possible… On a un peu enchaîné les poisses.

D’abord, le trajet en train.

Indiqué partout comme le « must-do » du Sri Lanka, le trajet Kandy-Ella s’est révélé plus que raté…

Nous étions sensée voir de magnifiques paysages, traverser les vallées bordées par les plantations de thé… Sauf que l’on n’a finalement pas vu grand chose de tout ça.

Premièrement, parce qu’il faisait très moche. Nuages, brume, on a tout eu… C’était pas la saison, en même temps, mais on avait quand même espoir. Mais le vrai gros problème, c’est surtout que le train était bondé. Tellement bondé, que l’on a passé 7 heures debout, parfois assises par terre mais toujours dérangées toutes les cinq minutes par les vendeurs de biscuits, sodas ou fruits qui faisaient des allers-retours. Au bout d’un moment, certains Sri Lankais assis ont eu pitié et nous ont prêté leur place. On s’est fait des copains !

Passée cette déception, nous avons découvert la ville d’Ella. Je ne l’ai pas beaucoup visitée, mais de ce que j’en ai vu, ça ressemblait plus à une station touristique qu’à une ville…

Le lendemain, nous faisons appel à un chauffeur pour qu’il nous amène dans les différents lieux intéressants du coin.

On a commencé par une balade au Lipton’s Seat. Cette plantation de thé appartenait à Mr Lipton, qui a inventé le sachet de thé (il est donc devenu riche, normal) et qui a démocratisé la consommation et production de thé dans tout le pays.

La balade se fait normalement à l’aube, mais nous avions besoin de dormir un peu. Du coup, le temps d’y aller (sans compter le temps que l’on change de route parce qu’un serpent venimeux d’un mètre avait décidé de camper au milieu du chemin et que le chauffeur ne voulait pas prendre de risque) le ciel était couvert. Mais les paysages avaient comme ça quelque chose de mystique que j’ai adoré. J’y aurais bien passé plus de temps. En plus, en chemin, on trouve pleins de proverbes bouddhistes écologiques sur des panneaux. Ca fait une jolie lecture pendant la marche !

Nous avons ensuite continué notre périple avec des pauses aux abords de quelques cascades. Mais même si les Sri Lankais en sont très fiers, ce ne sont pas vraiment les plus belles que nous ayions vues, il faut bien l’admettre.

On a continué par la rando du Little Adam’s Peak. Encore une fois, nous avons vu des paysages très inspirants et relaxants.

Le Little Adam’s Peak est une montagne que l’on peut grimper (sympa les marches pour les mollets !) pour admirer la région. Il tient son nom du fait que la vraie grosse randonnée du coin est celle de l’Adam’s Peak, mais que celle-ci est plus petite.

Nous y étions en fin d’après midi et j’ai adoré me retrouver en haut. C’était plutôt rapide en plus, pas trop physique non plus.

Pour finir la journée, nous sommes allées au Nine Arches Bridge. C’est un pont sur lequel passe le train Sri Lankais et qui est composé, comme son nom l’indique, de neuf arches.

Apres cette journée bien épuisante, nous avons rejoins notre nouveau chauffeur pour le lendemain, qui nous a emmené passer la nuit à Nuwara Eliya.

Après une très courte nuit (levé à 4h30 dans un hôtel très limite, où il faisait incroyablement froid et humide : fuyez le Red Star Hotel !), nous partons pour la randonnée de la Horton’s plain… Mais c’est sans compter sur la pluie qui ne s’arrête pas et nous fait renoncer à payer les trente euros d’entrée pour avoir le droit de marcher sous la pluie sans même voir le lever de soleil attendu…

Du coup, on file directement à notre prochaine destination, un peu abattues.

Il s’agit du Blue Field : une usine de fabrique de thé. On commence d’ailleurs par prendre un bon petit déj pour se réchauffer un peu et on suit une guide très sympa qui nous explique le processus de fabrication. J’ai vraiment aimé la visite.

Sauf qu’il pleut toujours, et que nos plans sont donc encore remis en cause. Comme il ne nous reste plus beaucoup de temps au Sri Lanka (mais trop pour partir directement à Colombo), on décide de s’adapter, de laisser tomber notre projet de gravir l’Adam’s Peak le lendemain (se lever à deux heures du mat nous emballait moyen de toutes façons) et de nous rendre finalement à Galle, dans le sud du pays, pour retrouver le soleil et la chaleur.

Le reste de la journée se passera donc en voiture, et les quelques arrêts que nous ferons de solderont par des échecs (une fabrique de bijou, un refuge d’éclosion pour œufs de tortues… Tout est fermé quand on arrive).

Voilà notre rendez-vous (presque) manqué avec les montagnes Sri Lankaises… à réessayer à une autre période de l’année, j’imagine !


Sri Lanka, Inde, Népal, Myanmar, Vietnam et Cambodge… Retrouvez ici le bilan et les anecdotes de nos 6 premiers mois de voyage en Asie !

5 réflexions au sujet de « Rendez-vous (presque) manqué avec la région montagneuse du Sri Lanka »

Partagez vos avis et expériences...