Otun Quimbaya, entre observation d’oiseaux et singes hurleurs

peireraAprès Cali, nous sommes allées dans la réserve naturelle d’Otun Quimbaya avec pour objectif d’observer les oiseaux et les singes hurleurs de la région.

La première étape fut d’aller jusqu’à Peirera, où nous avons passé la nuit, puis nous avons pris une chiva jusqu’à la réserve. 

Les chivas sont des vieux bus colombiens ultra colorés qui sont encore utilisés pour les trajets sur les routes difficiles non goudronnées.

Il y avait tellement de monde dans celle que nous attendions que nous sommes montées sur le toit. C’était une super expérience : nous avions les cheveux au vent, on était entourées de jeunes colombiens qui avaient visiblement prévu de camper et qui fumaient d’énormes joins en chantant. Le but était d’esquiver les branches des arbres qui nous fouettaient de temps en temps. Très bon souvenir !

Otun Quimbaya est une très jolie réserve qui dispose d’une auberge et d’un restaurant. Le premier jour, nous avons choisi de faire une visite guidée de la forêt. Nous étions avec un groupe de française, donc la visite était traduite. Malheureusement, la pluie nous est tombée dessus et nous avons beaucoup marché dans la boue. Difficile de voir les animaux !

Le lendemain en revanche, nous nous sommes levées à 5h du matin pour partir observer les oiseaux au levé du jour. Nous n’étions plus que trois, accompagnées de notre guide dédié. Il parlait un peu français et on jonglait entre nous entre le français, l’anglais et l’espagnol (chacun sa préférence). 

Nous avons marché longtemps dans la réserve et avons vu pleins de types d’oiseaux différents. Mais honnêtement, je n’ai pas beaucoup l’œil pour ces choses-là et je n’ai pas toujours vu la différence entre les espèces.

Le guide était impressionnant : à l’oreille, il repérait un animal en un clin d’œil. D’ailleurs, c’est comme ça que nous avons vu les singes hurleurs. Ces singes (tout roux) sont connus pour leur cri très caractéristique. Ça ressemble à un vieux klaxon hyper puissant (au début, on a d’ailleurs cru que c’était le bruit d’une chiva qui passait par là). Le guide a suivi le bruit à l’oreille et il nous a mené au bord de la route pour qu’on puisse les voir entre les arbres. J’ai mis à bon moment à les repérer ! 

Après nos deux jours d’observation (et de pluie, avouons-le), nous nous sommes séparées : Kendra est restée dans la réserve encore quelques jours et Nath et moi sommes retournées à Pereira. Prochaine étape : la Valle de Cocora !

Une réflexion au sujet de « Otun Quimbaya, entre observation d’oiseaux et singes hurleurs »

Partagez vos avis et expériences...