Bye-bye Inde (budget et coups de cœur)

Après 39 jours passés en Inde (et deux mois complets pour Max), nous quittons le pays pour nous rendre au Népal. Une semaine après notre départ, il est temps de donner notre avis sur l’expérience vécue dans le pays.

Le voyage en Bref

Notre voyage peut se résumer en deux parties : pendant les deux premières semaines, nous avons découvert le pays à moto, en allant de Chennai à Kanyakumari, la pointe extrême-sud. Nous sommes ensuite retournés à Chennai pour rendre la moto et nous avons repris le voyage en trains et bus. Nous sommes allé dans le Kerala et avons remonté la côte jusqu’à Mysore puis Bangalore. L’itinéraire détaillé est ici.


Bilan et coups de coeur

Max

Après deux mois passés à explorer six états dans le Sud du pays, je ne le quitte ni à regret, ni avec plaisir. Loin de moi l’idée de penser qu’après seulement deux mois, je connaisse suffisamment la culture indienne pour étaler ma connaissance sur la toile, mais je souhaite partager ici mon ressenti de voyageur.

On lit souvent la phrase « l’inde tu l’aimes ou la déteste ». Personnellement, je serai bien plus modéré. J’ai aimé certains aspects, été déçu et surpris par d’autres.

Sans généraliser, les locaux rencontrés ont été très accueillants et très intrigués par notre venue. Ils veulent que les touristes aient une très bonne image d’eux et de leur pays. Ils sont aussi toujours prêt à rendre service. Le plus flagrant était à moto où la « solidarité de la bécane en rade » fait que peu importe où on se trouve lorsque l’on a un soucis, quelqu’un s’arrêtera pour donner un coup de main.

J’ai aimé la richesse de la culture et de l’histoire Indienne. Bien que je ne sois pas un spécialiste sur la question, la diversité sociale, culturelle et religieuse est fascinante. Je pourrais explorer ce pays plusieurs années sans en comprendre tous les aspects.

J’avais une représentation très colorée de l’Inde, tant dans les villes que dans les campagnes. Malheureusement, j’ai trouvé la majorité des villes/villages très monochromes (tons beiges/marrons) et les paysages sans réels intérêt. Nous avons vu de très beaux endroits mais très peu pour la taille du pays.

J’ai ensuite été surpris par la saleté : voir les gens jeter tout et n’importe quoi par terre, ça fait mal au coeur et au nez. Bien que cela soit entrain de changer, l’absence de poubelle et de conscience de la population reste dur à accepter.

Le manque d’espace vital que les indiens se laissent et te laissent est également perturbant : dans les files des magasins, dans les rues… ils sont collés à toi même quand il y a de l’espace. Recevoir sur les réseaux sociaux vingts photos/vidéos en tout genre par jour de la part de chaque personne rencontrée est très intrusif. Sans être méchant, au bout d’un moment tu finis par les bloquer.

Après deux mois, je suis quand même content de sortir du pays pour respirer un peu. J’aimerais y retourner plus tard, après une période de digestion, pour explorer le vaste Nord.

Lou

Mon avis sur le pays rejoint celui de Max, à quelques détails près.
J’avais lu beaucoup d’avis sur l’Inde avant de partir, ainsi que sur le choc de l’Inde (le fait que le pays met les nerds des voyageurs à vifs en les confrontant à une logique qui les dépasse complètement). Je m’attendais donc à subir un choc pareil, et j’étais prête à l’affronter, sortir de moi-même et me dépasser.

Les gens que nous avons rencontrés ont été adorables. Nous avons quitté les circuits touristiques (d’abord grâce à la moto, puis avec notre itinéraire improvisé) et c’est là que l’on croise les habitants les plus intrigués et sincères. C’est aussi dans le sud qu’il y a le plus d’espace et de nature (mention spéciale pour le Kerala), ce qui manque cruellement aux visiteurs dans le nord.
Dans un premier temps, j’ai donc adoré l’Inde.

Comme l’écrit Max plus haut, ce n’est pas pour les activités ou pour les paysages qu’il faut venir, mais bien pour la richesse de la culture indienne et la confrontation de notre mode de vie au leur. Attention, je ne dis pas que je trouve ça « magique » et « qu’ils ont tout compris à la vie ». Au contraire même. Il faut une bonne dose d’ouverture d’esprit pour « tolérer » certaines croyances. Le système des castes, la violence faites aux femmes, le karma et la justification des pires inégalités prônée par l’hindouisme sont très durs à accepter et à observer. Toutes ces règles font que les indiens sont persuadés qu’ils n’ont que ce qu’ils méritent et que rien ne vient par hasard : on justifie les pires souffrances, les pires situations. Si quelqu’un a un accident de la route, c’est qu’il a fait du mal dans une autre vie, il n’aura donc même pas droit à un enterrement. Les intouchables en sont le parfait exemple : en dehors même du système de caste, ils constituent la pire catégorie indienne et n’ont absolument droit à rien, tout en étant persécutés sur tous les plans dans la totalité du pays.

Bref, ma découverte de l’Inde a été marquée par une dualité incroyable : une expérience personnelle très positive et accueillante qui a eu lieu dans un pays extrêmement violent et injuste. J’ai appris énormément, plus que je n’ai pu le faire à travers aucun de mes voyages. On ne va pas en Inde pour profiter d’un pays pas cher : il faut être prêt à s’interroger, à s’alarmer, à s’énerver, à se questionner.

Mais c’est ce qui pèse aussi sur le voyageur. Parce que la croyance dans le karma a des millions de conséquences : quel besoin a-t-on d’essayer d’améliorer sa vie, puisque c’est voué à l’échec ? Pourquoi jeter les papiers à la poubelle, puisque ce sont les dieux qui gèrent tout ça ? Pourquoi s’occuper des animaux errants, puisqu’ils sont à leur place ? On peut juste prier, et célébrer les dieux qui vont correspondre à nos besoins personnels immédiats.

Alors, avec le temps, j’ai compris que le « choc indien » avait bien eu lieu chez moi. Il a juste été moins marqué à mon arrivée et s’est immiscé avec le temps. C’est pour cela, que, comme Max, je pense que j’ai quitté le pays au bon moment. Parce que je commençais à être suffisamment à l’aise ici pour ne pas tolérer ce que je ne voulais pas, quitte à réagir trop violemment. Le regard des hommes à mon égard, notamment.

Pour expliquer ce point, il faut préciser que j’aime découvrir un pays en douceur, sans guide du Routard. On se balade au fil de nos envies et des rencontres, et pour ce qu’on ne peut pas comprendre seuls, on passe nos soirées à lire des articles en ligne ou voir des documentaires autour des questions sociétales dans le pays en question.

Pour l’Inde, je suis évidemment tombée sur des articles concernant la condition de la femme. J’ai lu sur les mariages arrangés, sur les violences et les inégalités. Je me suis renseignée sur l’histoire sordide de cette jeune indienne qui est décédée en 2015 suite à un viol collectif extrêmement violent, devant l’inactivité des policiers, ou sur cette autre jeune fille de 17 ans qui s’est suicidée après que le flic à qui elle avait reporté le viol qu’elle avait subie ai tenté de lui faire retirer sa plainte en lui disant d’épouser son agresseur. Et sur les réactions des gourous qui expliquent qu’elles n’avaient qu’à « se laisser faire et prier dieu ».

Je me souviens avoir pensé, en étant confrontée à un indien bourré qui se rapprochait de moi en me faisant des clins d’œils et en fixant ma poitrine « que se passe-t-il si je lui fout un pain, là maintenant, au milieu de la gare ?« . Trois semaines plus tôt, je n’avais rien fait lorsqu’un poivrot m’avait touché les seins au milieu de la rue, et j’avais refait la scène dans ma tête des dizaines de fois. Mais là, après la lecture de ces histoires, j’avais envie de le frapper avec une haine folle.

Pourtant, ces hommes ne sont que des exceptions. Dans le premier cas, il a d’ailleurs été chopé par les autres indiens présents qui l’ont bien malmené. Mais j’ai fini par en vouloir à ce pays pour les inégalités et les violences que ses habitants se font subir entre eux.

Il y a d’ailleurs de très bons articles en ligne sur le sujet :

Alors pour moi, c’était ça le choc de l’Inde. Et pour autant, j’en garde un très bon souvenir. Le voyage, ce n’est pas que visiter des plages et boire des cocktails pas chers. C’est se confronter même à l’insoutenable, et arrêter de fermer les yeux « parce que c’est plus simple ». C’est moins confortable, c’est sur, mais c’est là que l’on apprend. Parce que rien n’est tout noir ou tout blanc. L’Inde m’a marquée au moment où j’ai accepté que je n’en attendais plus rien. Alors il me faut du temps pour assimiler tout ça, pour retrouver un peu de calme et de simplicité, mais j’y reviendrais. Et surtout pour voir le nord, qui semble tellement marquer les voyageurs ! Et puis, je rêve d’une nouvelle expérience en Royal Enfield !

Budget

Sur le site « Planificateur a-contresens » qui regroupe les budget des voyageurs, l’Inde a actuellement une moyenne de 27 euros par jour et par personne. Nous avons l’habitude des road trips maintenant, et nous savons que nous sommes souvent en dessous de cette moyenne. Ceci vient du fait que nous voyageons lentement (ce qui coûte moins cher) et que nous ne mangeons que local, en évitant les zones à expat’ et touristes. Mine de rien, ça fait une différence énorme.

Pour les 40 jours passés en Inde, VISA compris, nous en avons eu pour 1172 euros à deux, soit 14,66 euros par jour et par personne.

A ceci, il faut ajouter le budget de revente de la moto. Nous avons eu des problèmes administratifs et avons voulu la revendre vite, ce qui nous a coûté très cher (400 euros au total). Je n’ai pas inclu ce budget puisque ce n’est pas représentatif. Le reste (l’essence, les réparations, le matériel type casque, tendeurs, portes-bagages) sont inclus dans « transport ».

Il faut savoir que voyager en moto en Inde est beaucoup plus coûteux que de prendre les transports locaux. On ne le fait pas pour économiser, mais pour kiffer ! Du coup, notre budget est « large » pour ceux qui souhaitent prendre les trains et bus indiens.

Voici qui clôture notre voyage en Inde. Pour le moment, nous allons nous offrir un peu de calme (mais pas de repos !) au pied de l’Himalaya !


Sri Lanka, Inde, Népal, Myanmar, Vietnam et Cambodge… Retrouvez ici le bilan et les anecdotes de nos 6 premiers mois de voyage en Asie !

Une réflexion au sujet de « Bye-bye Inde (budget et coups de cœur) »

Partagez vos avis et expériences...